Selon le site d'infos le360.ma, les Pays-Bas auraient fini par accéder à la demande marocaine : l'ex-député, trafiquant de drogue et agitateur pour l'indépendance du Rif, Saïd Chaou, a été arrêté et sera extradé au Maroc. Une victoire pour la diplomatie marocaine.

Les Pays-Bas ont fini par accéder à la demande du Maroc. Ancien parlementaire, trafiquant notoire de drogue et agitateur défendant l’indépendance du Rif, Saïd Chaou a été arrêté ce jeudi 29 juin par les autorités néerlandaises. Il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt en 2010 et d’une demande d’extradition en 2015, formulés par le Maroc. Mais il était jusque-là libre de ses mouvements à Amsterdam. C’est en exécution de ces deux demandes marocaines qu’il a été arrêté, précise une source au ministère des Affaires étrangères à Le360. «Les nombreux contacts entre les deux parties, durant les derniers mois, et plus particulièrement au cours des derniers jours, se sont avérées concluants dans la mesure où elles ont permis de faire aboutir les procédures judiciaires et de coopération entre les deux pays», nous dit cette source.

Chaou est accusé de crimes graves liées à la constitution d’une association de malfaiteurs et de crime d’homicide volontaire ainsi que de délits de corruption et de trafic international de stupéfiants. «Cette nouvelle arrestation n’est pas liée à la procédure judiciaire en cours aux Pays-Bas, dans laquelle le dénommé Chaou est poursuivi pour d’autres crimes et délits», précise notre source. Car Chaou est également poursuivi aux Pays-Bas pour des crimes graves. En juin 2015, il a été arrêté pour constitution de bande criminelle, trafic de drogue et d’armes. Cette affaire suit son cours et sera jugée avant la fin de l’année aux Pays-Bas.

Il aura donc fallu sept ans d’attente pour que les requêtes marocaines soient traitées de manière «sérieuse et concrète». Une première sur ce registre. Chaou a beau se dérober derrière son statut nouveau de défenseur de l’indépendance du Rif, il est désormais arrêté pour ce qu’il est réellement : un trafiquant.
«La réponse favorable à ces requêtes, constitue une reconnaissance de la crédibilité de la justice marocaine et de la fiabilité des accusations portées par le Maroc contre Chaou», commente notre source.
Saïd Chaou sera jugé au Maroc «conformément à la loi en vigueur et dans le respect des garanties requises», souligne-ton.

Article signé Tarik Qattab



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top