EXCLUSIF - Justin Trudeau a été invité, par le président français Emmanuel Macron, à assister au traditionnel défilé militaire du 14 Juillet à Paris, a appris Radio-Canada. Contrairement au président américain Donald Trump, le premier ministre canadien a décliné l'invitation de Macron.

Donald Trump n’est pas le seul dirigeant à avoir été convié par Emmanuel Macron à assister au défilé militaire sur les Champs-Élysées à l’occasion de la fête nationale française. Justin Trudeau a également reçu une invitation. Un porte-parole du bureau du premier ministre canadien a confirmé que des échanges avaient eu lieu entre les bureaux du président français et ceux de Justin Trudeau au sujet de sa participation aux célébrations du 14 Juillet.
« Nous avons dû dire que ce n’était pas possible en raison d’un conflit d’horaire », a indiqué l’attaché de presse du premier ministre, Cameron Ahmad. Il n’était toutefois pas en mesure de préciser quelle activité est à l’horaire du premier ministre ce jour-là.
La Maison-Blanche a confirmé mercredi la participation du président américain au défilé, qui célébrera notamment le centenaire de l’entrée en guerre des États-Unis lors de la Première Guerre mondiale.

Selon le bureau du premier ministre, l’invitation de Donald Trump a précédé celle de Justin Trudeau. Ce n’est donc pas parce que le premier ministre a décliné l’offre que l’Élysée s’est rabattu sur le président américain, a-t-on insisté.

Le conseiller de presse de l’ambassade de France au Canada, Eric Navel, a signalé que les bureaux d'Emmanuel Macron et de Justin Trudeau cherchaient toujours un moment pour un tête-à-tête entre les deux hommes politiques, mais que leur horaire respectif était très chargé. Les deux dirigeants se sont rencontrés une première fois en marge du sommet de l’OTAN, à Bruxelles, puis au sommet du G7, en Italie, à la fin du mois de mai. Ils devraient avoir l’occasion de se revoir au sommet du G20, qui se déroulera les 7 et 8 juillet à Hambourg, en Allemagne.

Les rapports entre Donald Trump et Emmanuel Macron sont plutôt tendus, surtout depuis que le président américain a annoncé que les États-Unis allaient se retirer de l’Accord de Paris sur le climat. Le président français avait alors appelé à « rendre sa grandeur à notre planète » (Make our planet great again), parodiant ainsi le slogan de campagne de Donald Trump.

Source







0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top