Eh oui, la France suffoque, la France étouffe, que dis-je, la France transpire… Et moi aussi ! D’ailleurs ma femme me tient bien chaud… enfin c’est plutôt l’inverse ! C’est moi qui tiens chaud à ma femme, « mais arrête de me coller »…

L’été il fait chaud donc, mais il fait encore plus chaud en « températures ressenties » parce que maintenant l’été c’est comme l’hiver, il y a la température, la vraie, que l’on peut mesurer scientifiquement, étalonner ou comparer… Et puis la température « ressentie », c’est-à-dire la sensation, l’impression qui, là, laisse libre-court à toutes les imaginations les plus folles !

 
37° mais 70° ressenti ! Drame à Paris !!
La température ressentie est un concept génial permettant de vendre du drame virtuel qui n’existe pas. C’est un truc juste hallucinant, que nous avons tous, vous comme moi, vu arriver. C’est un bidule récent finalement et pourtant, tout le monde fait mine de croire que c’est vrai…

C’est évidemment une bêtise sans bornes ! La température, c’est la température mesurée.

Mais vous comprenez, il faut occuper le temps de cerveau disponible des couillons et accessoirement le temps d’antenne de toutes ces chaînes de télé qui n’ont pas grand-chose à dire de passionnant et qui ne veulent de surcroît rien dire de bien intéressant.

Vous aurez donc droit à de grands moments de glose sur votre ressenti de chaleur caloriquement assez élevé, ce qui ne va pas sans poser de menus problèmes économiques dans notre productivité.

Soyons francs, plus il fait chaud, moins on bosse ! Et moi le premier. Je n’ai pas envie de travailler. Voilà. C’est dit, c’est comme dans la pub Pulco citron avec mon sombrero sur la tête : « il fait trop chaud pour travailler » mes amis.

Peut-on travailler en short quand on est en contact avec la clientèle… ?
Pourtant, dans la vraie vie, des problèmes se posent.

En effet, dans certaines entreprises, la bienséance vestimentaire ne s’efface pas, même pendant les épisodes caniculaires. Ainsi, à Nantes, des conducteurs de bus portent la jupe, à défaut de shorts…


Vous savez pourquoi ?
Parce que le short n’est pas réglementairement admis par la direction… C’est vrai qu’en pantalon noir, toute la journée derrière le volant, on a tendance à cuire un peu, mais les filles, elles, peuvent porter la jupe.

Comme, de vous à moi, nous évoluons dans un monde à la con, pétri d’un politiquement correct de demeuré qui génère des paradoxes à tire-larigot, je trouve toujours passionnant l’idée de pointer du doigt quelques absurdités qui régissent le fonctionnement de notre si beau pays…

Donc au nom du politiquement correct, il faut la parité homme-femme, donc a priori tout va bien si les hommes se mettent à porter la jupe, c’est politiquement correct à souhait et cela va dans le sens de la théorie du genre… Parfait donc.

D’un autre côté, voir un homme en short est interdit par les directions des entreprises, alors qu’une femme voilée sera autorisée au nom du respect des religions sauf si le voile est dangereux… dans une usine où par exemple le voile pourrait se coincer dans une machine à couper le pain en tranches et qui, du coup, se mettrait à transformer sa propriétaire en pain de mie Harrys… Là, vous avez le droit de l’interdire.

Mais une conductrice de bus peut demander à conduire voilée sans que cela ne pose de problème, mais sans porter de jupe non plus… vu que si on se voile la tête, ce n’est pas pour dévoiler ses pattes… Du coup, les femmes ne voudront plus de jupes… qu’il faudrait sans doute interdire…

En attendant, à Nantes, la Semitan, qui a donc ses chauffeurs en jupe, a décidé de faire un pas vers ses salariés mécontents en leur fournissant des « pantalons été » plus légers. Mais rien de plus court…

Je sens que l’été va être long et chaud, d’autant plus que notre première dame et sa fille font tourner les têtes de ces messieurs en arborant des mini-jupes en jean du plus bel effet.

Ne me dites pas que vous n’avez pas remarqué que l’on préfère vous parler des tenues légères de Madame Macron plutôt que des réformes lourdes à venir de son époux.

De toutes les façons, il fait chaud, je n’ai pas envie de travailler, on ne peut plus rien dire sans risquer un procès pour (rayer la mention inutile) :
  • Diffamation ;
  • Incitation à la haine raciale ou pas ;
  • Phobie quelconque, il suffit de placer le terme “phobie” derrière le mot qui vous arrange, exemple : « homophone, islamophobe », etc.
Et je pourrais poursuivre cette longue litanie, mais… je suis fatigué et j’ai chaud !
Je vais donc aller me mettre en short !

Au moins, avec François Hollande, il faisait moche et on était à l’abri des coups de soleil et de la sécheresse.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT
https://insolentiae.com/jupe-pour-les-chauffeurs-de-bus-ledito-de-charles-sannat/












0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top