Le ministre des relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi a indiqué devant un parterre de journalistes que le roi Mohammed VI a donné des consignes fermes et strictes pour enquêter sur d’éventuels cas de torture ou de violence qu’auraient subi certains des membres du mouvement de protestation d’Al Hoceima interpellés et incarcérés (nldr leSiteinfo.com).

Et d’ajouter que le Souverain a insisté sur l’ouverture d’une enquête judiciaire contre quiconque serait soupçonné d’avoir maltraité les prévenus ou touché à leur dignité. En outre, tout cas de violence signalé devrait faire l’objet d’une expertise médicale dont les conclusions seraient soumises à l’appréciation de la justice.


A noter que des rumeurs ont circulé sur des violences qu’auraient subi les détenus du Hirak. Des avocats de Zefzafi ont relevé que leur client avait été violenté lors de son interpellation et que celui-ci comptait poursuivre en justice des policiers d’Al Hoceima.

Une autre avocate du collectif de défense a explicitement déclaré lors d’une rencontre au siège de la CDT, que des militants de deuxième rang ont été torturés au siège de la BNPJ. D’après elle, cette institution voulait montrer à l’opinion publique un bon visage en épargnant les leaders du mouvement.

A rappeler que le Maroc a adhéré à la convention internationale contre la torture et a reçu à maintes reprises le rapporteur de l’ONU chargé de cette question qui a confirmé le respect notable par le Maroc des dispositions de ladite convention et que les quelques cas de violence enregistrés et relevés par les organisations des droits de l’homme restent isolés et ne reflètent nullement une politique menée par l’Etat.

Source ; lesiteinfo.com/






0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top