Depuis belle lurette, je suis un adepte du dialogue et de l’échange entre les cultures et les religions et je n’ai aucun complexe. Je suis très fière de faire partie des héritiers et des dépositaires d’une grande civilisation qui a eu un apport considérable pour toute l’humanité, toutes religions et cultures confondues. Heureusement, la civilisation arabe et musulmane n’a jamais été exclusive, mais universelle et universellement reconnue.

Depuis ma tendre enfance je suis aussi très fière d’avoir eu une formation syndicaliste, en tant que militant progressiste, combattant pour le droit, la liberté, la démocratie et la liberté d’expression. Par conséquent, tolérance oblige, je respecte mes origines, ma religion, ma culture, mon pays d’origine, mon pays d’accueil, mes parents, ma famille, mes enfants, les personnes âgées, mes voisins, mes collègues, mes amis, les autres religions et les autres cultures.

Il est utile de rappeler pour les amnésiques que, l’histoire arabo-musulmane dont je fais partie est très riche, et elle le restera à jamais. Elle recèle une multitude exhaustive de trésors scientifiques, philosophiques, artistiques et culturels. Il est inutile de citer des milliers de penseurs, écrivains, hommes de science, hommes de religion, philosophes, sociologues, ethnologues, géographes, poètes, artistes et musiciens.

Tout au long de cette civilisation, la place que tient la tolérance l’indulgence, l’hospitalité, la bonté, la compréhension, la bienveillance, la grâce, le pardon et le respect d’autrui était la plus importante jamais égalée à nos jours, même dans les sociétés modernes actuelles où nous vivons et qui prétendent respecter les principes fondamentaux des droits de l’homme.

La civilisation arabe a toujours et partout intégré avec respect et dignité les cultures, les us et les coutumes antérieures et, ainsi elle a pu créer un humanisme exemplaire en fusionnant plusieurs cultures et en s’intégrant harmonieusement dans d’autres en enrichissant en en modernisant la diversité culturelle de l’humanité.

Aujourd’hui, encore plus qu’hier, ici en Europe, par nos actions et notre engagement politique et intellectuel nous devons relever le défi de reconquérir l’humanisme arabomusulman d’antan que nous avons entre temps perdu avec et à cause du colonialisme, du fanatisme, de l’ignorance et des régimes militaires et dictatoriaux.

Il est de notre devoir et de notre responsabilité de retrousser nos manches, de briser les chaînes des tabous et, d’œuvrer solidairement et pacifiquement afin d’instaurer un dialogue constructif, des échanges réguliers avec toutes les cultures, toutes les religions et toutes les croyances avec lesquelles nous vivons et nous cohabitons pacifiquement dans les villages et les quartiers dans nos différents pays d’Europe.




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top