Pendant mon séjour au Maroc j’ai constaté avec amertume, et je crois que je ne suis pas le seul, que le peuple marocain n’est pas encore sorti du tunnel malgré les discours officiels. 

Prenons par exemple la jeunesse marocaine. Elle vit quotidiennement dans le chagrin, la tristesse et le découragement. J’ai vu de mes propres yeux à Tanger, des jeunes marocains courir derrière des camions pour s’y cacher afin de fuir leur pays. J’ai vu de mes propres yeux des centaines de jeunes prêts à se sacrifier afin de regagner l’autre rive de la méditerranée. Condamnés au désespoir, sans emploi et sans avenir ils n’ont qu’un seul rêve atteindre à tout prix le pays le plus proche du Maroc qu’est l’Espagne.

Malheureusement, cet engouement de partir ne touche pas seulement les jeunes des bidonvilles mais touche pratiquement toutes les couches de la société marocaine. Tous les jeunes sans exception ont perdu espoir et confiance dans un Maroc prospère et capable de leur offrir travail et sécurité.

La désillusion d’une jeunesse déçue est devenue dramatique. Soit essayer de traverser le détroit illégalement avec tous les risques et périls, soit se laisser manipuler par des extrémistes religieux avec des conséquences dangereuses, soit s’adonner aux commerces illicites. Quoi qu’il en soit ce sont les seuls mirages capables d’attirer des jeunes totalement désemparés.

De l’autre côté, le Maroc des contrastes continue son petit chemin sans trop se soucier d’une partie de sa population non seulement importante mais indispensable pour son avenir. Entre-temps, une fois n’est pas coutume, le wali de Tanger avait reçu, au siège de la wilaya, un groupe de parlementaires et de présidents de communes et de chambres, qu’il a invités à ne pas se présenter aux prochaines élections et à céder la place aux jeunes qui n’ont apparemment pas de relations directes ou indirectes avec les trafiquants de drogue et avec la mafia de la corruption des appareils de l’État.

Entre-temps, à l’occasion de la Fête de la Jeunesse, SM le Roi Mohammed VI a accordé sa grâce à 534 personnes condamnées par différents tribunaux du Royaume.

Entre-temps, les relations entre le Maroc et la Belgique s’intensifient. Le Prince Laurent et la Princesse Claire sont arrivés mercredi 20 août à Rabat pour passer un séjour agréable au Maroc.

Entre-temps, l’affaire Mounir Erramach, jeune baron de la drogue, qui a fait tomber de hauts gradés de la sécurité à Tétouan, officiers de police, de douaniers et de gendarmes, fait revenir de nouveau au-devant de la scène le phénomène de la drogue dans la zone nord et dévoile la nature des complicités dont les trafiquants bénéficient pour s’adonner en toute impunité à leur business.

Entre-temps, Abdelhak Bakhat, Président d’une commune de Tanger a été incarcéré à la prison civile de la ville du Détroit pour faux et usage de faux. Tanger, d’ailleurs comme d’autres villes marocaines a été le théâtre à répétition de détournement de fonds et de corruption toutes azimuts et a vu naître et grandir une bande de malfaiteurs professionnels BC-BJ, pour la plupart avec des protections officielles, ayant acquis un savoir faire diabolique de malversations, de corruptions, d’escroqueries et de trafic de tout genre.

Entre-temps, pendant la canicule, le Maroc a largement comblé les besoins espagnols en électricité. Cette semaine, le réseau électrique marocain a fourni de l’électricité à l’Andalousie en raison de la forte consommation d’un mois d’août exceptionnel.

Entre-temps, le Congrès mondial des jeunes aura lieu comme prévu au Maroc et durera jusqu’au 28 août. L’inauguration officielle a eu lieu le mardi 19 août au parc des expositions de l’Office des changes de Casablanca. La rencontre des jeunes à Casablanca est destinée à asseoir les bases aux solutions les plus conséquentes et adaptées à une orientation plus équitable de l’ordre mondial.

Entre-temps, la police espagnole a repêché plusieurs cadavres de jeunes maghrébins et africains noyés après avoir essayés d’atteindre pendant la nuit les côtes espagnoles.

En conclusion, je me demande si un pays incapable de s’occuper de ses jeunes abandonnés et délaissés à l’intérieur pourra-t-il s’occuper pour le bien être de notre jeunesse résidente à l’étranger. Pendant mon séjour au Maroc j’ai dû ingurgiter un discours fleuve des autorités marocaines via un programme incohérent de propagande radiophonique et audiovisuelle totalement insupportable, invraisemblable, odieux et détestable. Les autorités prétendent nous accueillir et nous aider, nous faciliter le séjour et nous accompagner. Ils feront mieux de nous laisser tranquilles nous avons assez de ce tamtam absurde et insensé.

Finalement, le Maroc officiel nous a fait savoir officiellement qu’il y a discours et réalité. Un discours mensonger et plein de promesses et d’intentions et une réalité cruelle qui nous fait savoir que nous ne sommes pas des citoyens à part entière. A la demande d’un groupe de Marocains de pouvoir participer aux élections comme le stipule la constitution marocaine la Chambre administrative de la Cour suprême a rendu le 21 août 2003 un verdict sans ambiguïté qui confirme notre exclusion, notre marginalisation et notre rejet. « Ici vous êtes chez Nous »

Sarie Abdeslam




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top