Le colloque de l’Association des femmes arabes de la presse et de la communication et l’Organisation islamique internationale pour l'Éducation, les Sciences et la Culture (ISESCO) sur « Les femmes des deux rives de la Méditerranée face à l’extrémisme » s’est tenu au Sénat à paris, le 26 avril 2017.

Parrainé par la sénatrice Joëlle Garriaud-Maylam, le colloque a été présidé par Dr Zeina el Tibi, présidente de l’Afacom et a réuni plus d’une centaine de personnes dont de nombreuses élues : la sénatrice Catherine Morin-Desailly, présidente de la commission , les sénatrices Corine Feret et Catherine Genisson , Françoise Schepmans, député maire de Mollenbeek (Belgique), Maria Teresa Fernandez de la Vega, ancien vice-premier ministre d’Espagne, des députés égyptienne, marocaine, tunisienne, plusieurs ambassadeurs (Liban, Espagne, Palestine, Afghanistan…), et l’ambassadrice Delphine Borione, secrétaire général adjointe de l’Union pour la Méditerranée, Dr Jean-Marie Heydt, président du Centre Nord-Sud du Conseil de l’Europe, Dr Charles Saint-Prot, directeur général de l’Observatoire d’études géopolitiques.

Dr Zeina el Tibi a souligné que « l’extrémisme et la radicalisation sont devenus une grave préoccupation aussi bien dans le monde arabo-musulman que dans beaucoup de pays européens. Certains ont pris prétexte pour dénigrer l’islam en bloc. Pourtant il ne faut donc pas assimiler le monde musulman avec une minorité de fanatiques qui détournent l'islam à des fins criminelles.

L’extrémisme et la radicalisation prolifèrent sur le terreau de l’ignorance. La priorité est de combattre cette ignorance dont profitent les charlatans extrémistes. »

À cet égard, elle a mis en exergue l’exemple du Maroc
« On ne peut que rendre hommage à l’action du Roi du Maroc visant à préserver les vraies valeurs de tolérance et de modération l’Islam. L’engagement de Sa majesté le Roi est un acte important pour déjouer les extrémistes de tout bord qui rêvent de promouvoir le choc des civilisations.
La détermination du Souverain de lutter contre les facteurs de radicalité et les tentations terroristes est de première importance aussi bien au Maghreb qu’en Afrique noire et plus largement auprès du monde musulman compte tenu de la réussite du modèle marocain. »

Trois thèmes majeurs ont été abordés par les oratrices venues d’une douzaine de pays (Maroc, Tunisie, Égypte, Palestine, Jordanie, Liban, Belgique, Espagne, France, Italie, Roumanie…)
  • L’action des femmes dans la vie publique
  • Les femmes victimes et cibles de l’extrémisme
  • Les femmes médiatrices de paix et de tolérance
Dans les conclusions, Jean-Marie Heydt (Centre Nord Sud du Conseil de l’Europe) a noté que les discours ont insisté pour le rôle des femmes –mères, épouses et sœurs- pour faire entendre la voix de la tolérance et de la raison. Il a noté qu’il ne faut pas confondre l’Islam et les déviations et rappelé l’engagement contre l’extrémisme et le terrorisme de personnalités de premier plan, en particulier SM le Roi du Maroc.

Les actes de ce colloque «Les femmes des deux rives de la Méditerranée face à l’extrémisme» seront publiés prochainement par un éditeur français.




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top