Ces dernières décennies, le Canada est devenu l'un des premiers pays producteurs de pétrole grâce aux sables bitumineux.

Le Canada a sacrifié son adhésion au protocole de Kyoto (engagement des nations à réduire leur production de gaz à effet de serre) pour se livrer à l'extraction sans contrainte des sables bitumineux dans la province d'Alberta, dont on dit qu'ils représentent une des plus importantes réserves de pétrole au monde, même si cette extraction est une des plus polluantes qui soit (une des plus chères aussi, chaque fois que le prix du baril chute, l'industrie tremble sur ses bases...) et sacrifiant sans état-d'âme la nature et la qualité de vie des habitants.Il s'agit d'un désastre considérable !


Prise d'assaut, la ville de Fort McMurray incarne cette ruée vers l'or noir. Les salaires y battent des records. Mais l'extraction de cette manne pétrolière a des conséquences catastrophiques. Des milliers d'hectares de forêts disparaissent. Pour extraire le bitume du sol, on utilise des procédés très gourmands en eau et en énergie afin obtenir, après raffinage, un pétrole brut synthétique. Les excavatrices laissent derrière elles d'immenses bassins d'épuration et un paysage ravagé.










0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top