Ridha Belgasmi est un militant des droits de l’homme et activiste culturel dans l’Aurès, fondateur et président de l’association Tamazgha Aurès à Ain Djasser (Batna).

Ridha Belgasmi est poursuivi ce samedi en justice à cause des propos qu’il a tenu sur son compte facebook jugées outrageants à l’égard du président de la république ainsi qu’aux corps constitués.

En effet, le jeune blogueur a été auditionné par la sûreté de la police judiciaire de d’Ain Djasser (Batna) le 15 août 2016 avant d’être convoqué le 08 janvier 2017 pour comparaître devant le juge d’instruction près le tribunal de Sériana (Batna).

Ce tribunal l’a déféré (après la clôture de l’instruction) devant la section correctionnelle (délictuelle) auprès dudit tribunal, ceci afin de répondre le 20 mars prochain aux chefs d’inculpation d’"outrage l’égard du président de la république" ainsi qu’"aux corps constitués".

Ridha Belgasmi risque au regard des chefs d’inculpation, une peine d’emprisonnement allant jusqu’à un an de prison ferme et une amende de 250.000.00 DA

Cette énième poursuite judiciaire témoigne de la situation très critique de la liberté d’expression en Algérie où des citoyens algériens sont jetés en prison juste pour avoir exprimé leur opinion ou afficher leur convictions religieuses sur les réseaux sociaux.

Jugurtha Hanachi

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top