L'émission "Arc En Ciel" animée par Abdellatif Essadki, a été consacrée dimanche 5 mars 2017 à une édition digne, responsable et à la hauteur de la gravité du moment.

Il s'agit en effet, après avoir été dépouillé de ses biens, du meurtre à Dakar dans la nuit du samedi 25 au dimanche 26 février 2017, près de l'immeuble où il habitait au quartier "Amitié 2", de Mazine Chakiri. Cet étudiant marocain était régulièrement inscrit à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar, où il s'apprêtait à soutenir le mois prochain sa thèse de doctorat en médecine dentaire.

Cet assassinat ignoble à l'arme blanche, avait donné lieu à une manifestation des étudiants marocains devant l'ambassade du Maroc au Sénégal, criant à la discrimination. Ils manifestaient leur colère et leur vive indignation devant l'insécurité notoire dans laquelle ils vivent et l'absence de répondant et de suite, aussi bien de l'ambassade que de la police sénégalaise, face à leurs plaintes réitérées contre la violence et les agressions à leur encontre.

Relevons qu'en présence du ministre sénégalais de l'Intérieur, le chef de l’État du Sénégal, le président Macky Sall a, dans un geste fort, tenu à recevoir l'ambassadeur du Maroc et le président de la Ligue des étudiants marocains au Sénégal pour présenter suite à cette agression mortelle, ses condoléances à Sa Majesté le Roi Mohamed VI, à la famille de la victime, aux étudiants marocains en particulier (près d'un millier à Dakar) et à la communauté marocaine en général vivant au Sénégal.

Par ailleurs, le président du Sénégal a donné des instructions fermes pour tout entreprendre afin de juguler la recrudescence de la délinquance et de renforcer la sécurité, en particulier dans les quartiers en cause.

Lors de l'émission, l'occasion de s'exprimer a été donnée à plusieurs compétences médicales marocaines au Sénégal, pays frère et ami depuis des lustres. Ces intervenants ont rendu un vibrant hommage au défunt et mis en relief un certain nombre de dysfonctionnements : Jaliya marocaine au Sénégal laissée à elle-même sans canaux de communication du côté marocain, retard énorme dans la prise de décision relatif au rapatriement des corps vers le Maroc...

Les prises de parole ont ainsi tiré les leçons de ce drame par rapport aux institutions marocaines en charge du dossier des citoyens marocains établis à l'étranger (DACS au ministère des Affaires étrangères, ministère chargé des MRE et des affaires de la migration, Fondation Hassan II pour les MRE, CCME, ministère de l'Enseignement supérieur pour les étudiants) et formulé un certain nombre de propositions concrètes pour dynamiser et accompagner la coopération sud-sud menée par le Maroc en Afrique subsaharienne, en impliquant notamment les compétences marocaines établies au Sénégal.

Une vidéo qui mériterait d'être attentivement écoutée, décryptée et traduite en mesures concrètes et en réforme des méthodes travail par les responsables marocains dans divers secteurs et à divers niveaux pour tirer les enseignements adéquats dans l'intérêt national, répondre aux attentes légitimes des citoyens marocains établis à l'extérieur et être à la hauteur des relations séculaires liant le Maroc et le Sénégal en particulier.

Ici la vidéo "Arc En Ciel"

Rabat, le 9 mars 2017
Abdelkrim Belguendouz
Universitaire à Rabat, chercheur en migration






0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top