L’étude des clôtures de Ceuta et de Melilla laisse percevoir comment une politique gouvernementale entend concilier les objectifs affichés et les visées occultes. 

En effet, bien que le gouvernement espagnol ait sans cesse déclaré que les barrières des deux enclaves visent simplement à limiter l’immigration irrégulière, un examen minutieux des différents aspects de cette question conclut à l’existence d’autres objectifs derrière la construction de ces barrières. 

La politique espagnole tendant à fermer les frontières des deux enclaves participe d’une démarche contradictoire dans la région. Certes, depuis deux décennies, la Méditerranée regorge d’une multitude de projets de coopération culturelle et économique, mais de nouveaux murs matériels et virtuels, destinés à réaliser « la forteresse Europe », s’y sont également édifiés. 

Cet article entreprend l’étude des aspects controversés des clôtures de Ceuta et de Melilla comme frontières externes de l’Union européenne (UE). Il souligne ensuite le rôle en mutation des clôtures des deux enclaves.

Lire ici l'intégralité de l'étude





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top