Une opinion de Latifa Aït-Baala, vice-présidente du MRI (Mouvement Réformateur International). C’est au nom de cette religion d’Amour et de Paix (Islam) que les attentats les plus meurtriers qu’ait connus la Belgique ont été perpétrés ce 22 mars 2016. 28 personnes y ont laissé la vie et 340 blessés sont à déplorer. Les victimes sont des quatre coins du monde et l’on peut craindre un bilan encore plus lourd.

Voilà de nombreuses années que je craignais ces terribles instants. Le pire est arrivé et le deuil national est installé pour trois jours en Belgique. Te voilà endeuillée par tes propres enfants. Quelle trahison ! Tes enfants ont choisi d’abandonner leur mère nourricière pour faire allégeance à un Etat qui n’existe que dans l’esprit de certains illuminés qui prônent un califat sur fond de terreur.

L’Islam est peut-être Amour et Paix mais sa pratique à des fins politiques, l’islamisme, n’est que triste démonstration de violence dans ce qu’elle a de plus immonde et d’inhumain. Les guerres intestines ne suffisent plus, il faut s’exporter pour s’accaparer ce marché de l’Islam en Occident, assouvir sa soif de pouvoir.

La Belgique est inféodée depuis de trop nombreuses années par des courants intégristes. Elle va devoir se réveiller car l’ancrage est bien réel. Les soldats d’un Islam des ténèbres, sont nés sur son territoire et y ont forgé leur identité. Une identité meurtrière sans foi, ni loi construite sur un vide identitaire majeur exploité au profit de déviances communautaristes et de l’islamisme radical.

Ils sont nés en démocratie et épousent pourtant l’obscurantisme.

Incompréhension totale !
Les liens sont à retisser urgemment. L’abîme est immense mais ce travail est indispensable pour juguler une dérive identitaire qui ronge progressivement les fondements de notre société.

Les communautés musulmanes qui dans leur très grande majorité condamnent dans un silence assourdissant les actes barbares de ce 22 mars 2016 vont devoir sortir de leur mutisme. Elles ne peuvent continuer à se terrer au moment où le Pays a besoin que toutes les forces soient à l’unisson dans la lutte contre le terrorisme et l’islamisme, au risque de créer des suspicions et d’être mise au banc des complicités.

C’est une posture citoyenne émancipée de tout communautarisme qu’elles doivent adopter. Telle est la condition sine qua non pour que vole en éclat cette stigmatisation sociale culpabilisante que d’aucuns craignent. Cette même stigmatisation qui a trop longtemps servi de voile à certains politiques pour assoir leur pouvoir.

Le temps du politiquement correct doit être révolu. La citoyenneté doit primer sur toute autre considération.

L’urgence est à l’union, à l’unité et à l’unisson.
Restons dignes de nos engagements pour défendre nos libertés fondamentales. Ne trahissons pas la mémoire des victimes.


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top