C’est le bad buzz du week-end. Vendredi 20 janvier, quelques heures avant le match Maroc-Togo de la CAN 2017, un chroniqueur de Luxe radio twitte les 123 caractères suivants : « Voici mes encouragements de toute la journée : #NonAuxBiNationauxEnEn »

Le gazouillis de ce tweet improbable s’est fait entendre tout au long d’un week-end froid et pluvieux. Les internautes ont réagi, par centaines, et de manière très ferme, pour condamner de tels propos tenus de surcroît par une personne considérée comme un leader d’opinion car disposant d’une tribune radiophonique.

« Bassesse », « stupidité », « haine gratuite », « racisme », « rejet d’une partie des Marocains », les réactions sur la Toile ont témoigné de la colère de la communauté des connectés.

Ahmed Ghayet, l’un des fondateurs du comité citoyen de vigilance –créé au lendemain de l’attentat d’Istanbul- a été l’un des premiers avec le journaliste Mohamed Ezzouak à donner l’alerte dans la nuit de vendredi.

« Il n'y a pas de Marocains plus Marocains que d'autres et il ne saurait y avoir de Marocains moins Marocains que d'autres...N'ayez pas la mémoire courte : le grand Mous, Abdellatif Benazzi, Hicham Arazi... et tant de bi-nationaux célèbres ou anonymes qui contribuent au rayonnement du Maroc, qui l'élèvent quand d'autres l'abaissent par des propos qui excluent. Additionner, multiplier plutôt que soustraire et diviser ! » postera sur sa page facebook ce bi-national ayant choisi de vivre au Maroc.

Mais c’est une autre bi-nationale, célèbre pour son engagement et son franc parler qui va tacler avec force et talent l’auteur de ce tweet haineux. Samira Sitail, la directrice générale adjointe de 2M, aura les mots justes et forts pour dire tout ce qu’elle pense de ce chroniqueur qu’elle ne nommera à aucun moment. « Il n'y a rien à lui répondre sur notre marocanité, notre loyauté envers notre pays et l'amour que nous lui portons.
Juste dire à ce petit RIEN qu'il n'y a pas d'amour mais des preuves d'amour. ...Que si les bi nationaux de l'équipe nationale de football donnent la preuve de leur loyauté en prenant tous les risques sur le terrain, y compris celui de s'exposer à la connerie de RIEN comme lui, ce RIEN du tout justement, que fait-il? Quand les 5 millions de marocains établis à l'étranger s'engagent tous les jours pour leur pays d'origine sur tous les plans, lui que fait-il? Il ne fait RIEN, soyez en persuadés, » écrira Samira Sitail samedi 21 janvier sur son mur.

Le ministre en charge des Marocains de l’étranger et de la politique migratoire a, lui aussi, réagi à ce tweet de la haine. Pour lui, une telle polémique est stérile. Les Marocains, explique Anis Birrou, sont des Marocains là où ils vivent. « Ils sont marocains dans l’âme et ont une appartenance extrêmement forte à leur pays. Ils participent à la vie de leur pays, à son développement. Ils vibrent à tout ce qui se passe au Maroc. Du poste que j’occupe, je suis allé à leur rencontre, dans les pays d’accueil. Et dans leurs maisons, j’ai toujours eu l’impression d’être au Maroc ».

Face à ces réactions en chaîne et la mobilisation des internautes, le chroniqueur qui se croyait tout permis a retiré son tweet et exprimé ses regrets. De tièdes excuses qui viennent un peu tard alors que la haine ordinaire investit l’espace public.

Narjis Rerhaye

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top