La mobilisation par dizaines de la communauté marocaine résidant à l’étranger (MRE), et entre autres ceux du Gabon, contribue au succès de la participation des Lions de l’Atlas à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) et à hisser haut le drapeau du Maroc anticipant le retour du fanion chérifien au sein de l’Union Africaine (UA).

Pour faciliter l’accès aux stades, des autocars sont mis depuis la capitale Libreville pour leur assurer l’accès aux stades. Une organisation est mise en place leur fournissant le matériel nécessaire pour encourager la sélection nationale (drapeau national, portraits du roi, fanions, t-shirts...). Fautes d’hôtels pouvant les accueillir, un village de fortune est construit d’urgence pour les loger, une situation qui n’a pas gâché l’enthousiasme des supporters qui espèrent aller loin dans cette compétition, le rêve de voir leur équipe remporter la CAN.
Nous allons aller loin dans cette CAN, j’ai confiance en notre équipe, c’est pourquoi je suis venu de Guinée équatoriale pour apporter appui de l‘équipe, comme d’autres supporters ici. Nous gagnerons la compétition, j’en suis sûr. Avoir une bonne équipe et un bon entraîneur qui est expérimenté, Insha’allah, nous sommes aux quarts de finale

J’ai confiance en le Maroc, je suis venu de Bata en Guinée équatoriale. J’ai fait 300 km pour venir ici pour soutenir le drapeau marocain et j’espère que nous allons gagner … Hier, c‘était un match que je savais que nous allions gagner, car je sais que le Maroc est une équipe forte qui joue bien. Nous espérons remporter le trophée de la CAN. Avec l’entraîneur que le Maroc a, nous gagnerons la coupe, nous l’emmènerons au Maroc ! (supporter de Guinée)
« Dolmy » le supporter numéro un des Lions de l’Atlas
Une fois n’est pas coutume, la silhouette de « Dolmy » apparait depuis le Gabon sur les écrans des télés. À 54 ans, Noureddine El Fellah dit « Dolmy » est le supporter numéro 1 de la sélection marocaine. Il est un ardent défenseur des couleurs de son pays au-delà du domaine footballistique. Il est presque comparable à l’espagnol « Manolo », le supporter célèbre de la Roja.

Durant ses trois dernières décennies, le fan est complètement dévoué à la cause nationale marocaine. On le trouve partout, là où il faut lever haut le drapeau marocain. De Marrakech pour soutenir la COP22 à Trocadéro (Paris) pour crier fort la « Saharité marocaine » des provinces du Sud. Dans toutes ses sorties, l’indéfectible supporter ne peut se séparer de son drapeau bicolore et surtout de la photo adulée de son Roi qu’il brande haut devant les visages des ennemis de sa patrie.

A côté de cette image héroïque, Dolmy mène une vie rocambolesque. Le fan vit presque dans la misère en banlieue parisienne. Il loge dans un foyer délabré où les cafards font partie du décor de sa piaule. Sans l’aide de quelques bienfaiteurs MRE et de ses proches amis, le fan serait un vagabond errant sans abri. Et malgré le peu de moyens dont il dispose, Dolmy pioche dans sa maigre tirelire pour hisser haut et partout le drapeau rouge et vert.


Arlette Colin
Wakeupinfo






0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top