Le pamplemousse fait partie de vos habitudes ? Si vous prenez un traitement médical, il va falloir y renoncer… En effet, cet agrume peut interagir avec certains médicaments et annuler leur efficacité, voire même entrainer de graves effets. Quels sont-ils ? Quels médicaments sont visés ? L’ASEF fait le point.

Que se passe-t-il si on mélange pamplemousse et médicaments ?

Lorsqu’on avale un médicament, il passe dans le sang pour être utilisé par l’organisme : des enzymes vont le transformer en substances utilisables par les cellules, qui vont l'absorber, le consommer, puis le rejeter par les urines. Le problème, c’est que le pamplemousse contient des produits actifs appelés furanocoumarines qui bloquent l’activité du cytochrome P450, une enzyme censée assimiler certains médicaments. Par conséquent, les molécules pénètrent dans le sang sans être transformées, ce qui entraine deux principaux effets. Tout d’abord, comme le médicament n’est pas utilisé par l’organisme, il ne joue pas son rôle, et cela réduit voire même annule son efficacité. Le second risque - le plus important - c’est le surdosage.

En effet, le médicament n’étant pas transformé par les cellules, sa concentration dans le sang augmente, provoquant ainsi une surdose avec des effets graves tels que la destruction musculaire, l’insuffisance rénale aiguë, des tremblements invalidants, l’hémorragie du système digestif, des problèmes respiratoire et cela peut parfois aller jusqu’au décès. Selon David Bailey, le pharmacologue canadien qui a découvert ce phénomène il y a 20 ans, prendre un comprimé avec un verre de jus de pamplemousse revient au même que de prendre 20 comprimés avec un verre d'eau ! La prise décalée du fruit avec le traitement - par exemple un verre de pamplemousse le matin et le médicament le soir - peut aussi présenter des risques.
Cependant, tous les médicaments ne réagissent pas forcément avec cet agrume…
Quels sont les médicaments à ne pas associer avec ce fruit ?
Selon la revue Prescrire[1], une dizaine de médicaments sont concernés par ces interactions. Parmi eux figurent les statines contre le cholestérol, les benzodiazépines (tranquillisants), les immunodépresseurs (inhibiteur du système immunitaire) ou encore les inhibiteurs calciques, substances utilisées pour traiter des troubles cardiaques.

Dans une étude[2] publiée en 2012, étude, David Bailey a établi une liste des médicaments qui interagissent avec le pamplemousse. Leur nombre a grimpé de 17 à 43 de 2008 à 2012. Il s’agit de certains médicaments contre le cancer, l'hypertension, les problèmes cardiovasculaires, les problèmes urinaires, ainsi que des médicaments immunodépresseurs (qui affaiblissent le système immunitaire), des anti-infectieux, des analgésiques (antidouleur) et des tranquillisants.

Liste de 43 médicaments à ne pas consommer avec du pamplemousse :
Gastro-intestinal
  • Cisapride (Prepulsid®)
  • Domperidone (Motilium®)
  • Problèmes cardiovasculaires
  • Amiodarone (Cordarone®)
  • Apixaban (Eliquis®)
  • Cilostazol (Pletal®)
  • Clopidogrel (Plavix®)
  • Dronedarone (Multaq®)
  • Eplerenone.
  • Ergotamine
  • Ticagrelor (Brilique®)
  • Verapamil (Isoptine®)
Anti-cholesterol
  • Atorvastatine (Tahor®)
  • Lovastatin
  • Simvastatine
Système nerveux central
  • Alfentanil (oral) (Rapifen®)
  • Buspirone Dextromethorphane (Humex toux sèche®, Tussidane®, Drill toux seche®)
  • Fentanyl (oral) ( Abstral®)
  • Ketamine (oral)
  • Lurasidone
  • Oxycodone (Oxycontin®)
  • Pimozide (Orap®)
  • Quetiapine (Seroquel®)
  • Ziprasidone (Geodon®)
Anti-infectieux
  • Erythromycine (Pediazole®, Erythrocine®, Erythrogel®, Eryfluid®, Antibiotrec®)
  • Halofantrine ( Halfan®)
  • Maraviroc (Celsentri®)
  • Primaquine
  • Quinine (Hexaquine®, Surquina®)
  • Rilpivirine (Edurant®)
Anticancer
  • Crizotinib
  • Erlotinib (Tarceva®)
  • Everolimus (Afinitor®)
  • Lapatinib (Tykerb®)
  • Dasatinib (Sprycel®)
  • Nilotinib (Tasigna®)
  • Pazopanib (Votrient ®)
  • Sunitinib (Sutent®)
  • Vandetanib (Caprelsa®)
  • Venurafenib
Immunosuppresseurs
  • Cyclosporine (Ciclosporine®, Neoral®)
  • Sirolimus (Rapamune®)
  • Tacrolimus (Protopic®).
Peu après la parution de cette étude, l’Agence nationale de sécurité du médicament (Ansm)[3] a voulu calmer les esprits en précisant que le pamplemousse ne nuit pas à l’efficacité de certains médicaments mais augmente néanmoins la fréquence et la gravité de leurs effets indésirables. Selon l’agence, les médicaments concernés restent en nombre limité. Il s’agit notamment de certains médicaments contre le cholestérol (le plus souvent, la simvastatine – Zocor®, parfois l’atorvastatine – Tahor®,) ou d’immunosuppresseurs (ciclosporine - Néoral®, tacrolimus – Prograf®). Plus récemment, il est apparu que la dronédarone – Multaq® et l’ivabradine – Procoralan®, des antiarythmiques, la sertraline – Zoloft®, un antidépresseur, ou encore le docétaxel – Taxotère®, utilisé dans le cancer du sein, pouvaient également voir leurs effets indésirables majorés.

Les bons réflexes !
La plupart du temps, ces risquent ne sont pas connus des patients, qui par conséquent n’en parlent pas à leur praticien. Il est donc vivement recommandé d’interroger son médecin ou son pharmacien sur ce sujet avant de prendre un traitement. Il faut également savoir que la notice des médicaments concernés comprend toujours l'avertissement de ne pas consommer de pamplemousse simultanément, le fruit comme le jus. Encore une bonne raison de lire les notices ! 


Source : asef-asso.fr/

Références bibliographiques :
[1] Pamplemousses : des interactions avec les médicaments" Rev Prescrire 2012 ; 32 (347) : 674-679.
[2] Bailey DG, Dresser G, Arnold JM., Grapefruit-medication interactions: forbidden fruit or avoidable consequences? CMAJ. November 26, 2012,;185(4):309-16.
[3] Ansm, Interaction médicaments et pamplemousse - Point d'information, 29 novembre 2012.








0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top