Devant les nombreuses délégations internationales, Mohammed VI a tenu un discours à l’occasion de la COP22. Pour le roi, l’existence même de l’Homme est au cœur des discussions de Marrakech.

Dans un discours prononcé à Marrakech où se tient la 22e Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP22), ce 15 novembre, Mohammed VI a souligné l’importance « d’œuvrer pour l’unification de l’éducation aux questions de l’environnement », rapporte l’agence de presse MAP.

Le monarque a souligné l’importance de « sensibiliser » les jeunes générations, tout en expliquant que le Maroc « consacrera ses efforts, pendant son mandat, et les ressources financières disponibles durant cette courte période », pour remplir cette mission « difficile et noble. » « L’engagement fait de prendre à bras le corps la problématique des changements climatiques à travers l’application de l’accord de Paris, traduit notre volonté commune de renforcer la solidarité intergénérationnelle », a-t-il dit.

Sur la COP22, Mohammed VI a déclaré que la conférence de Marrakech était avant tout celle de la « vérité et de la clarté », indiquant que le peuple marocain et les autres nations devaient prendre leur responsabilité « devant Dieu et l’Histoire, et devant les [nos] peuples. » S’adressant aux différentes délégations et notamment au secrétaire général et représentant des Nations-Unies, Ban Ki-moon, le roi a tenu à questionner les pays les plus riches sur le soutien à apporter aux pays les plus touchés par la crise environnementale : « Nos conférences et nos accords auront-ils un sens si nous laissons les catégories les plus vulnérables, là-bas dans les îles menacées de disparition et dans les champs confrontés au risque de la désertification en Afrique, en Asie et en Amérique latine, face à leur destin lourd de périls »? Pour Mohammed VI, « l’ère coloniale est révolue, tout comme la logique qui consiste à imposer les décisions ». Selon lui, l’enjeu réel de cette conférence et de la prise en compte des problèmes environnementaux est « l’existence de l’Homme, qui exige de nous d’œuvrer ensemble main dans la main pour la protéger ».

Enfin, concernant les pays qui ne seraient pas à-même de se conformer aux décisions collectives, prises en faveur de l’environnement, le monarque s’est voulu rassurant et à l’écoute: « cela ne signifie pas qu’ils les rejettent, mais plutôt qu’ils ne disposent pas des moyens nécessaires pour les appliquer ». Et de prévenir : « le coût de l’attentisme et le manquement à l’impératif d’affronter le changement climatique et ses effets, auront des conséquences graves, mettant en péril la sécurité et la stabilité et induisant l’extension des foyers de tension et des crises à travers le monde. »

Source : telquel.ma/









0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top