Le Conseil supérieur des Marocains résidant à l’étranger permettra d’engager la communauté marocaine établie à l’extérieur dans un rôle d’acteurs à distance selon Nouzha Chekrouni.

l’Etranger. "Il n’y a pas de contraintes comme l’obligation d’une présence physique permanente au Maroc. L’un des avantages majeurs que constituera ce conseil, c’est la souplesse dans son fonctionnement ".

"Pour la première fois dans l’histoire du Maroc, les MRE auront une institution qui leur assurera une représentation et leur permettra de participer à la gestion publique en étant une force de propositions". "Les MRE auront la possibilité d’exprimer pleinement leurs expériences et expertises au service de leur pays d’origine, en relation avec les pays de
résidence".

"La philosophie de la structure institutionnelle sera la rencontre, l’échange, le transfert, le partage...", mais "pas de gestion de dossiers ". Chekrouni rappelle, par la même, que " les Marocains de l’étranger sont des acteurs de modernisation, riches d’une double culture"."C’est là-dessus que nous devons capitaliser ".

Concernant l’obligation pour les MRE de voter au Maroc, la ministre soutient que "le processus de construction politique d’un Etat de droit ne peut se faire sans la participation de l’ensemble des citoyens ". "De fait, notre souci était de trouver la formule la plus efficiente afin de favoriser la participation massive des Marocains à l’étranger "






0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top