Cet escroc court toujours. Il est connu et reconnu, non en tant qu’arnaqueur et voleur, mais en tant que fêtard, bon vivant, aimant les soirées, recevant aussi bien les artistes que des personnalités du pouvoir. Il continue son manège, se fait passer pour un artiste, un acrobate, un chanteur.

Les arnaqueurs existent partout. Cependant j’ai l’impression qu’au Maroc ils sont particulièrement actifs et prospèrent en toute impunité. Je viens d’écouter sur un site d’information, l’appel d’un citoyen français installé depuis une dizaine d’années à Marrakech.

Il raconte comment un notaire l’a escroqué ; il se bat pour obtenir justice, mais désespéré, il a choisi de s’adresser au grand public à travers une vidéo dans laquelle il explique sa mésaventure. Il est à bout, ne sait plus quoi faire pour récupérer son bien. Une chose m’a fait de la peine dans son discours quand il dit que «sa fille et sa femme ne veulent plus mettre les pieds au Maroc». Je les comprends et je suis en colère.



Peut-être que la justice sera appliquée et que son affaire sera résolue. Cela étant, ce n’est pas la première fois que j’entends parler au Maroc d’arnaque et d’escroquerie. Je connais un grand investisseur français qui s’est fait rouler dans la farine par deux entrepreneurs marocains qui ont pignon sur rue. De grands bourgeois assez malins pour le voler en mettant cela sur le dos de la crise.

Il faut dire qu’ils ont fait les choses dans les règles de l’art et le Français a dû partir du Maroc dégoûté et ruiné. Il a parlé autour de lui et a déconseillé à ses amis d’investir dans un pays où dit-il «il n’y pas de sécurité judiciaire pour les étrangers dans un pays où la corruption gâche tout».

On raconte qu’un plaisantin a réussi à vendre à une Américaine une petite mosquée dans la médina de Marrakech. Ses chaudes larmes n’ont pas réussi à lui faire récupérer son argent. Entre temps l’escroc avait disparu.

Ces escrocs commettent des crimes ; les conséquences de leurs méfaits sont désastreuses non seulement sur la réputation du pays mais aussi sur son économie.

Dans un pays où l’État de droit ne fonctionne pas encore totalement, un pays où règne encore la corruption, notamment dans le domaine judiciaire, les escrocs ont la belle vie.

Il suffit de bien maquiller les procédures, et ils y vont, sûrs de dépouiller les naïfs en toute tranquillité. J’en connais un. Il présente bien, même s’il est hideux physiquement. Il est aimable, souriant, confiant et intelligent. Cela fait au moins vingt ans qu’il sévit.

Sa méthode est très bien rodée ; il a une équipe que dirige un frère qui bénéficie de connexions utiles: il a des rabatteurs qui lui amènent jusqu’à chez lui le pigeon. Il rend des services à la nouvelle recrue, se fait ami avec elle, se montre généreux, cordial, avenant, prêt à faire des sacrifices pour la mettre en confiance. Cette période peut durer un an et plus. Il investit, dépense de l’argent. Le temps d’asseoir une amitié et de créer des liens quasi familiaux.

Une fois le pigeon bien mariné dans le jus d’une amitié factice, une fois sa méfiance endormie à coups de soirées arrosées, avec chikhates, putes et présence de personnalités importantes qui met l’escroc au-dessus de tout soupçon (il exhibe ses relations pour bien asseoir sa force), une fois le plan mûri, l’arnaqueur frappe un grand coup du genre: «mon ami, mon frère, j’ai pensé à toi, je sais que tu veux placer ton héritage, je viens juste d’être contacté par la banque machin qui, exceptionnellement et pour une durée limitée, offre jusqu’à 22% d’intérêt sur un an à condition de lui confier cet argent au plus tard demain à midi ; moi je viens de déposer la coquette somme d’un million de DH, mon frère lui a confié 800.000 DH, il ne manque que toi pour boucler le tour de table, comme tu es de la famille, j’ai immédiatement pensé à toi, comme tu sais, nous avons tant partagé ensemble le pain et la force de l’amitié, je me suis dit, un bon ami est celui qui fait profiter son frère d’une bonne affaire, tu sais ça ne se présente pas tous les jours. Comme moi et mon frère tu auras un reçu signé par le comptable et par le PDG de la banque, voici mon reçu, tu remarqueras que le tampon est gravé dans la cire rouge, c’est du sérieux…»

Ce fut ainsi que mon neveu s’est fait dépouiller par un soi disant ami. Le jour où il a voulu récupérer son argent, son avocat a téléphoné à la banque, il a éclaté de rire, c’était une pizzeria sise à Derb Ghellaf!

Tous les documents sont faux et l’ami l’a tout simplement renié, disant qu’il ne l’a jamais entraîné dans cette mauvaise affaire. Il s’est même proposé de l’aider à récupérer son argent. Évidemment, la justice n’a pu rien faire, mon neveu s’était fait avoir comme un vrai pigeon.

Aucune preuve solide n’a résisté au système de l’escroc qui avait tout détruit et a même réussi à démontrer que c’était mon neveu qui avait monté cette affaire pour le voler!! Entre temps, il y a eu de la corruption, pas de petites enveloppes, mais des grosses, de nouveau des soirées avec champagne et chikhates où on aurait vu des gens haut placés fumer des cigares cubains entourés de jeunes filles prêtes à toutes les aventures.

Cet escroc court toujours. Il est connu et reconnu, non en tant qu’arnaqueur et voleur, mais en tant que fêtard, bon vivant, aimant les soirées, recevant aussi bien les artistes que des personnalités du pouvoir. Il continue son manège, se fait passer pour un artiste, un acrobate, un chanteur. Il est doublé.

C’est un magicien puant. Il n’a peur de rien. Certains comptent sur la justice divine. Il a eu un terrible accident de voiture, mais il s’en est sorti. Pour célébrer sa survie il a organisé une soirée de tolbas avec ses amis, tous en djellabas blanches. Ils ont prié pour que Dieu lui prête vie et qu’il continue d’amuser la galerie sans que jamais on ne s’interroge sur l’origine des fonds.

La langue française est généreuse en vocabulaire pour désigner ce personnage: fripouille, bandit, aigrefin, voleur, arnaqueur, crapule, écornifleur, filou, faiseur, imposteur… Verbe: estamper, carotter, extorquer, spolier, étriller, filouter, tromper, trahir, abuser, frauder etc.

Dans «Bands Guignol», L.F. Céline écrit à propos de ces déchets de l’humanité: «…on le trouvait pas trop arnaqueur pour un dégueulasse dans son genre, profiteur de mouise, vampire, tout».
En arabe, un seul mot, ou plutôt une expression: «ould z’na». Basta.

Par Tahar Ben Jelloun
le360.ma/


1 commentaires:

  1. Farid Dahouk Comme Rhourbi abdelmounim voleur, menteur, corrupteur,escroc de haut vol(demeurant à Berrechid). j'ai déposé plusieurs plaintes à son encontre relatant des faits de corruption avérés (preuve à l'appui) auprès du ministère de la justice mais rien n'y fait. Ce type a tellement le bras long qui arrive à faire falsifier des faits et des preuves au sein même d'un commissariat de police( Casablanca) en ce qui me concerne, il m'a soulagé de plus 100 000 euros mais bons, j'attends toujours que justice passe; un soi-disant prochain RDV devant Mr le procureur de Berrechid le 19/07/2017 à 09h30 si bien sûr il daigne se présenter...

    RépondreSupprimer

 
Top