Le progrès libère-t-il vraiment l’être humain ? On est en droit de s’interroger car, comme Pierre Rabhi l’observe avec finesse, l’itinéraire de l’être humain dans la modernité est une série d’incarcérations.

« De la maternelle à l’université on est enfermé. On appelle cela un « bahut ». Ensuite, tout le monde travaille dans des petites et des grandes « boites ». On va s’amuser en « boite » en conduisant sa « caisse ». Puis, nous avons une dernière boite ou on stocke les vieux en attendant la toute dernière boite… »

Comment reconquérir la liberté ? Pierre Rabhi a choisi un retour à la terre pour se reconnecter avec ses valeurs et oeuvrer pour la préservation de la planète. Comprenant la problématique de l’agriculture moderne et son exploitation destructrice, il se lança dans l’agro-écologie, véritable engagement pour l’avenir des prochaines générations et surtout, représentant une solution auto-suffisante et accessible aux plus démunis.


La vie
Pierre Rabhi défend le concept de « décroissance », mélange de modération et de sobriété ».

« Si nous ne prenons pas l’option d’une civilisation de la modération, si nous ne prenons pas l’option du changement de société par le changement humain, si nous ne prenons pas l’option de la valeur inestimable de la vie, il est certain qu’on peut conclure que notre espèce est un accident. »

« La vie a tellement de valeur qu’elle ne peut pas avoir de prix. Si on lui met un prix, on la profane. »

Ainsi, loin du matérialisme et de la course effrénée à la modernité, il est vital que nous nous reconnections à notre vraie nature et que nous prenions chaque jour conscience de la chance que nous avons de vivre…ensemble.

La beauté qui changera le monde…
« La beauté qui changera le monde est en nous. C’est la générosité, le partage, la compassion, c’est toutes ses valeurs qu’on considère comme ringardes et pourtant qui amènent une énergie fabuleuse qui est celle de l’amour. »

Source





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top