Très varié et d’une grande richesse, comme en attestent les souks et les palais marocains, l’artisanat marocain s’installe de plus en plus dans les intérieurs bobo-chics. Pleins feux sur un artisanat qui n’a pas encore livré tous ses trésors.

Tapis, tissus, cuivres, bijoux en or ou argent ciselé, poteries et céramiques, sacs et accessoires en cuir, bois peints et sculptés, l’artisanat marocain est certainement le plus riche de toute l’Afrique du nord.

Un peu d’histoire
Lié à l’histoire du Maroc, il s’est dessiné peu à peu au gré des cultures de ceux qui peuplèrent le pays. Avec les Berbères, d’abord, qui s’installèrent au Maroc il y a 2500 ans, puis avec les Romains, les juifs et enfin, à partir de 681 les Arabes et les sultans des différentes dynasties. Sans oublier les Andalous, bien sûr, ces musulmans installés en Espagne depuis des siècles, qui chassés par le nouveau roi d’Espagne, sont venus se réfugier au Maroc. Leur art, leur style ont également beaucoup influencé l’artisanat local.

Dans les villes impériales, à Marrakech, à Fès, à Meknès et à Rabat, là où les sultans s’installèrent, se trouvent les plus beaux monuments. Ainsi, à Fès, capitale fondée au 8e siècle par la dynastie des Idrissides, les mosquées Al Karaouine et Al Andalous sont des chefs-d’œuvre de l’architecture et de l’artisanat marocains. Plus tard les Almoravides puis les Almohades, les Mérinides, les Saadiens ont édifié des monuments grandioses : la Koutoubia à Marrakech, la tour Hassan à Rabat ou les Tombeaux Saadiens entre autres. Aujourd’hui, c’est la dynastie des Alaouites qui est au pouvoir. Ils laisseront à la postérité la grande mosquée Hassan II de Casablanca.

Un artisanat riche et varié

A chaque époque, les riches sultans ont fait venir les meilleurs artisans pour édifier et décorer leurs palais. Les artisans du bois ont sculpté de somptueux plafonds, en bois de cèdre. Les artisans du plâtre ont sculpté sur les murs des grandes mosquées ou des medersas anciennes des empiècements d’une finesse incroyable (les stucs). Quant aux artistes du zellige, ils ont orné de dessins et d’arabesques faits de petits carrés de céramique les fontaines, les sols, les bains, les murs de ces superbes demeures.

Au-delà de l’architecture, l’artisanat marocain c’est aussi décliné sur les accessoires et ustensiles de la maison. Avec la céramique dont les villes de Salé, de Safi, et surtout de Fès sont devenues les hauts-lieux, pour les bols, assiettes, saladiers, etc… Pour les théières, les plateaux, les lave-mains ce sont les habiles dinandiers qui oeuvrent, frappant, martelant et ciselant le métal, dont le cuivre notamment.

Valérie Journois
courrierinternational.com/






0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top