Un fait unique dans les annales des élections, tant au Maroc qu'à l'étranger, a été découvert lors de la campagne des législatives marocaines, qui se tiendront le 07 octobre 2016.

En mal d'inspiration pour la propagande islamiste, le Ministre de la Communication, Mustapha Khalfi, n'a pas trouvé mieux que sortir de ses tiroirs poussiéreux une œuvre artistique écrite et composée par le grand artiste palestinien, Azzedine Chalah, Président de l'Association palestino-marocaine qui soutient le rôle constant du Roi du Maroc dans la préservation d'Al Qods.

Une chanson, composée en 2015 et dédiée au Souverain, qui avait été soumise au Ministre de la Communication, Mustapha Khalfi, afin d'en réaliser une vidéo-clip.
Le plagiat est une faute d'ordre moral qui peut être sanctionnée au pénal, elle consiste à copier un auteur ou accaparer l'œuvre d'un créateur dans le domaine des arts. C'est une forme de contrefaçon. Il est assimilé à un vol immatériel (Wiki). 
Plagiat du PJD

Ce responsable de propagande du PJD en devina nettement les bénéfices qu'il pouvait tirer de cette œuvre lors des prochaines électorales, classa le dossier sans suite sans même daigner répondre à la demande.

Quelle fut la surprise de l'auteur de l’œuvre artistique de découvrir que sa chanson, initialement dédiée au Roi Mohammed VI, a été détournée pour en devenir un hymne de campagne électorale des islamistes du PJD.

Un constat qui provoqua une colère noire du chanteur palestinien, Azzedine Chalah, qui a vu son oeuvre détournée à des fins électoralistes par un parti islamiste, peu favorable aux Arts, à la Culture et aux Sciences.

Après les affaires de sexes, de mœurs, de pédophilie, de détournements financiers, d'attaques dans les universités et récemment de violences envers des agents d'autorité, le PJD rajoute une nouvelle affaire dans son escarcelle nauséabonde.

Farid Mnebhi


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top