Suite à la table ronde nationale des Marocains résidant à l'étranger, organisée au sein du Parlement, une convention a été signée entre l’association Cap SUD MRE et le Parti de la Justice et du Développement qui s’est engagé à intégrer les 12 propositions formulées par cette formation dans son programme électoral.

C’est en vue de la mise en place du projet de la loi électorale, que la dite table ronde a été organisée en présence des différents responsables de groupes parlementaires. 200 associations représentant les Marocains de l’étranger étaient présentes pour débattre des conditions de la participation des MRE aux prochaines élections législatives du 25 novembre 2011.

Ce que veulent les MRE
Dès l’annonce du texte constitutionnel, et à la lumière des nouveaux acquis de la communauté marocaine à l’étranger, les différentes ONG se sont accordées sur certains points concernant le déroulement des élections. D’abord, elles ont exprimé unanimement le refus catégorique du vote par procuration qui serait considéré comme une entorse à l'article 17 de la Constitution, permettant le vote à partir des pays de résidence. Les associations ont insisté sur la nécessité de créer de nouvelles circonscriptions à l'étranger dont le nombre des représentants devra être proportionnel au nombre de MRE qui résident dans chaque région. Et enfin, l'intégration des MRE dans la liste nationale avec, comme minimum, 1/3 de représentants.

Selon les différents représentants de ces associations, la communauté marocaine de l'étranger s’est toujours sentie à l’écart du paysage politique du Maroc. Les MRE souhaiteraient non seulement faire partie de l’architecture politique de leur pays d’origine, mais surtout être une force de proposition pouvant orienter la politique nationale en apportant un regard critique extérieur.

C’est donc avec la ferme intention de convaincre les différents partis politiques d'intégrer leurs revendications dans leurs programmes électoraux que certaines associations se sont présentées à la table ronde. Parmi celles-ci, l’association Cap SUD MRE qui a déjà trouvé preneur à ses suggestions. Le PJD a en effet signé une convention le mercredi 7 septembre, s’engageant à prendre en compte 12 propositions de cette association, dans son programme politique électoral, et à défendre les droits des MRE.

Cap sur le PJD ?
Cap SUD MRE est une association formée d’une poignée de chefs d'entreprises marocains résidant à l'étranger, et qui veulent participer activement aux transitions politiques au Maroc. Créée en mai 2010, à Agadir, l’association avait pour objectif d'accompagner les MRE dans l'obtention de leurs papiers administratifs et les orienter pour accéder plus facilement au service sans avoir à se déplacer au Maroc.

Suite aux larges réformes politiques annoncées au Royaume, les fondateurs de cette association se sont attelés à regrouper quelque 45 associations similaires, afin de constituer un pôle de proposition et de participer activement aux transitions démocratiques que connaît leur pays d'origine. Grâce à cette union, l’association a pu formuler et présenter neuf propositions à la commission consultative chargée de la révision de la Constitution, en vue d’une meilleure intégration des MRE dans la vie politique marocaine.

Les ambitions de l’association ne s’arrêtent pas là, puisqu’elle projette la participation effective à la création du Conseil supérieur des MRE, présidé par le Roi, et dont les membres seraient démocratiquement élus. Cap SUD MRE compte aussi participer à la création des nouvelles circonscriptions destinées aux MRE et à la mise à jour des inscriptions sur les listes électorales.

Le PPS (Parti du Progrès et du Socialisme) a également été sensible aux revendications de l’association. Mais le poids et la réactivité du PJD le placent à la tête des partis susceptibles de séduire la communauté marocaine à l’étranger, à moins que les autres composantes du paysage politique marocain ne s’intéressent davantage aux 5 millions de MRE, préoccupés par l’avenir de leur pays.

Fedwa Misk
lecourrierdelatlas.com/

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top