Quand on est à Casa et qu’on doit renouveler sa carte nationale, il faut parfois faire un détour par l’ambassade du Maroc à Copenhague. En cherchant sur Internet un éventuel site de cette ambassade, je suis plutôt tombé sur le blog « Den dansk-marokkanske protest » (« La protestation dano-marocaine » ).

Contexte: en 2008, la communauté marocaine du Danemark est saisie d’un ras-le-bol. Le motif? Pas les caricatures du Prophète, la participation du Danemark à la guerre en Afghanistan ou le rejet de Dansk Folkeparti, le parti raciste qui fait partie de la majorité parlementaire du gouvernement danois depuis … Non: il s’agissait du comportement reproché au consul marocain exerçant ses fonctions à l’ambassade du Maroc à Copenhague. Outre la corruption, il se serait rendu coupable de harcèlement sexuel sur au moins une ressortissante marocaine, venue établir des documents administratifs à l’ambassade (les commentaires sous le blog font état de 26 Marocaines se plaignant de harcèlement sexuel, chiffre sous-évalué selon certains autres commentateurs, chiffres à prendre avec des pincettes):
« Mon mari et moi sommes allés à l’ambassade, car nous voulions enregistrer nos enfants en tant que ressortissants marocains bien qu’ils soient nés au Danemark. Dans la salle d’attente, une liste des tarifs indiquait que la déclaration de naissances coûterait 50 couronnes. Mais lorsque nous sommes entrés chez le consul Okbani il réclama 1.000 couronnes en plus », déclara la dano-marocaine Fatima dimanche dernier dans Jyllands-Posten.

Mais l’argent n’était pas la seule chose qui intéressait le consul.

« Pendant que mon mari descandait chercher l’argent dans la voiture, le consul Okbani s’approcha de moi et me dit que si j’acceptais de le voir et de passer une nuit avec lui, je ne paierais rien« , raconta Fatima.

Plusieurs autres dano-marocaines racontent des histoires similaires. »
Sur les forums consacrés à cette affaire (notamment ici), des commentateurs – souvent anonymes – font référence à une vidéo représentant le consul en train de boire en compagnie galante (ce qui n’est certes pas un crime, même au Maroc, sauf si on est journaliste indépendant ou activiste gênant), alors qu’il se serait présenté sous un jour beaucoup plus orthodoxe, se faisant passer pour un haj et ayant le Coran posé sur son bureau. Une citoyenne marocaine mariée avec un ressortissant d’un autre pays arabe raconte comment elle s’est enquérie du changement législatif accordant la nationalité marocaine aux enfants d’une ressortissante marocaine: le consul lui aurait demandé 3.000 couronnes danoises par enfant pour traiter leur demande (il ne’ s’agissait bien évidemment pas de frais de timbre), et aurait même proposé d’arranger la naturalisation marocaine de son mari. Étant au chômage, elle n’avait pas les moyens de payer cette somme, et le consul se contenta de 1.000 couronnes danoises pour lui remplir sa demande de naturalisation marocaine pour ses enfants. Un autre commentateur marocain se serait vu réclamer 7.000 couronnes danoises pour faire inscrire ses enfants dans le livret de famille.

En réaction, de 200 à 400 Marocains du Danemark (ou dano-marocains comme ils se qualifient) avaient décidé de manifester le 15 novembre 2008 devant l’ambassade pour réclamer la fin tant de la corruption que de l’harcèlement sexuel (voir une vidéo de cette manifestation ici). Cette manifestation fût prise à l’initiative du controversé dano-marocain Hamid el Mousti, conseiller municipal socialiste (entretemps exclu du parti social-démocrate en 2009) de Copenhague et, comme si ça ne suffisait pas, juriste de formation et journaliste de profession (cela lui a même valu les honneurs du Matin du Sahara…). Il avait publiquement dénoncé la corruption qui régnait selon lui au sein de l’ambassade du Maroc à Copenhague. Ayant annoncé deux semaines à l’avance leur intention de manifester, les organisateurs apprirent début novembre que le consul accusé de tous les maux avait été rappelé au Maroc, et qu’une nouvelle ambassadeur avait été nommée par dahir le 7 novembre. Ils maintinrent leur manifestation, réclamant des poursuites pénales au Maroc contre le consul afin d’éviter qu’il ne poursuive ses activités dans un autre consulat du Maroc, ainsi qu’une liste de revendications liées principalement à l’administration des services consulaires:

1) L’ambassade du Maroc doit avoir un site Internet en arabe, français et danois avec les informations suivantes:
  • a) les horaires d’ouverture, les jours de fermeture et les horaires disponibles pour rendez-vous avec l’ambassadeur;
  • b) le prix des différentes formalités administratives exprimé en couronnes danoises;
  • c) la liste des documents nécessaires pour le traitement correct des démarches administratives;
  • d) les domaines de compétence des différents fonctionnaires de l’ambassade;
2) La possibilité d’être servi par téléphone et par e-mail;
3) Le traitement égalitaire de tous les dano-marocains résidant au Danemark;
4) Le respect des lois marocaine et danoise;
5) Information publiée sur le site Internet sur les certificats de mariage reconnus par l’ambassade et sur les villes qui les délivrent;
6) Chaque dano-marocain a le droit de se plaindre directement à l’ambassadeur et de recevoir un récepissé de sa plainte;
7) Aucun personnel de l’ambassade ne doit impunément pouvoir menacer les dano-marocains de prison au Maroc;
8) Le consul Reddad el Okbani et l’ambassadeure Aïcha el Kabbaj doivent êtres poursuivis au Maroc pour leurs méfaits au Danemark;
9) Une réception annuelle pour les jeunes dano-marocains ayant achevé leurs études doit être tenue à la résidence, en présence de leurs parents;
10) L’ambassade ne doit pas discriminer entre les différentes associations marocaines présentes au Danemark.

Ces demandes paraissent éminemment raisonnables et ne nécessiteraient aucun surcoût majeur – et encore ce dernier pourrait être pris sur le budget des commandes Peter Justesen… Bien évidemment, sauf éventuellement le point 9, on peut être sûr que ces demandes iront dans la corbeille – faudrait quand même pas que les MRE s’imaginent avoir un pouvoir d’influence, quand même! Je ne serais personnellement pas étonné que les ambassades du Maroc au Pérou ou en Guinée auront un site Internet multilingue bien avant l’ambassade du Maroc à Copenhague, rien que pour marquer le coup.

Selon le dernier des trois posts publiés sur le blog des dano-marocains, le consul avait fait l’objet de plaintes pendant trois ans, adressées au ministère des affaires étrangères mais aussi à la Fondation Hassan II pour les Marocains résidant à l’étranger. L’ambassadeure Aïcha El Kabbaj aurait été alertée à maintes reprises par des Marocains de Copenhague sur les méfaits de son consul mais n’aurait pas réagi.

Attention cependant: Reddad el Okbani, le consul en question, n’a à ma connaissance pas été condamné pour les faits qui lui ont été reprochés, et doit donc être présumé innocent. Aucune information officielle n’a filtré sur les raisons de son départ (aucun résultat par exemple sur le site du MAEC et bien évidemment absolument rien sur le site du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger ou sur celui du Ministère des Marocains résidant à l’étranger): si le rappel à Rabat peut effectivement être une sanction, il peut également s’agir d’un retour normal après avoir passé quatre ans à l’étranger, durée normale d’une affectation dans uen mission diplomatique ou consulaire à l’étranger pour un diplomate marocain (1) – mais dans son cas il n’aurait passé que trois ans à Copenhague. Il ne figure plus dans la liste du personnel diplomatique en poste à Copenhague – cependant, il figurait toujours en début 2009, donc bien après la manifestation publique des dano-marocains, sur la liste diplomatique du personnel diplomatique d’un autre pays auprès duquel il était accrédité à partir de Copenhague, la Lettonie (2), mais peut-être était-ce dû à la non-mise à jour des données fournies par l’ambassade du Maroc. Les recherches sur son nom n’ont rien donné, sinon que c’est un ancien de la mission laïque française au Maroc (bachelier en 1970), qu’il a soutenu une thèse de 3e cycle en sciences administratives (« L’interventionnisme économique et social de l’Etat marocain à travers les établissements publics, 1906-1982« ) à l’université de Paris II en 1987 et qu’il est marié.

L’ambassadeur en poste à l’époque (en 2008) , Aïcha el Kabbaj, a depuis quitté le Danemark (la nouvelle fût officialisée une semaine avant la tenue de la manifestation, comme par hasard…), mais elle y était en poste depuis 2004, et son départ n’a donc pas en soi un caractère punitif. On notera au passage que l’ambassade du Maroc au Danemark est bien fournie – sept diplomates dont l’ambassadeure, Raja Ghannam – alors que l’ambassade du Danemark au Maroc n’en compte que quatre (pour être tout à fait honnête, il faut bien reconnaître qu’il y a beaucoup plus de Marocains résidant au Danemark que de Danois résidant au Maroc, et que le poids des services consulaires peut donc valablement motiver un surplus de diplomates marocains à Copenhague).

Le Reporter avait suivi l’affaire à l’époque:
Danemark: Remue ménage sur fond de scandales à l’ambassade du Maroc

Le Danemark vit à l’heure d’une tempête marocaine qui fait tomber de hauts responsables comme des feuilles d’automne.

La tempête provoquée à Copenhague par le maroco-danois Hamid El Mousti contre l’ambassadrice du Maroc au Danemark, a fini par emporter l’ambassadrice du royaume dans ce pays nordique. Aicha El Kabbaj a été évincée récemment. Elle a été remplacée par Raja Ghannam. Avant sa nomination, la nouvelle ambassadrice occupait le poste de directrice de la coopération multipartite au ministère des Affaires étrangères.

En guise d’adieu, l’ex-ambassadrice a reçu les insignes de «commandeur de 1er Grade de l’ordre du Dannebrog» des mains de la reine Margrethe II du Danemark. Une décoration protocolaire qui ne suffira pas pour consoler Aicha El Kabbaj. Elle qui se trouve déchue de sa fonction pour avoir fait l’objet, depuis quelque temps déjà, de vives critiques de la part de certains de ses concitoyens vivants au Danemark, avec à leur tête son ennemi juré, Hamid El Mousti. C’est ce conseiller municipal à Copenhague qui est également journaliste à la télévision locale de cette ville et président de l’association d’amitié Dano-marocaine, qui a mis l’ambassadrice dans de mauvais draps. Dans une lettre qu’il a envoyée dernièrement un peu partout, El Mousti a dénoncé «la corruption et le harcèlement sexuel qui sévissent à l’ambassade du Maroc à Copenhague». Il a jeté un véritable pavé dans la marre en révélant que le renouvellement du passeport marocain peut coûter, dans cette ambassade, jusqu’à 15.000 DH au lieu de 500 DH. Il a aussi précisé que l’inscription des enfants dans le livret de famille peut y coûter jusqu’a 5000 DH par enfant au lieu de 100 DH seulement.

Voyant que dénoncer ne suffit pas, Hamid El Mousti, avec d’autres ressortissants marocains vivant au Danemark, ont fait circuler par la suite une pétition où des témoignages de victimes directes de la corruption et de harcèlement sexuel s’étaient déclarées en précisant les torts subis. C’est ce qui a dû pousser les autorités marocaines de réagir avant qu’il ne soit trop tard. Parce que les victimes s’apprêtaient à se plaindre à la justice danoise. Aicha El Kabbaj a donc été écartée. L’ex-ambassadrice devra revenir au Maroc, selon Hamid El Mousti, accompagnée de son collègue le consul Redad El Okbani. Ce dernier a été suspendu de ses fonctions à l’ambassade du Maroc à Copenhague le 3 novembre, nous confie la même source. Le consul pourrait être traduit devant le conseil de discipline dès sa rentrée au pays. C’est lui qui serait accusé de harcèlement sexuel.

Ce remue-ménage fait actuellement beaucoup de bruit au Danemark. Un pays avec lequel le Maroc a eu dernièrement à s’expliquer. L’ambassade marocaine à Copenhague avait été pointée du doigt par les autorités danoises. Lesquelles l’avaient accusée d’enrôler un policier maroco-danois pour espionner des ressortissants d’origine marocaine.

La nouvelle ambassadrice aura fort à faire pour réparer les dégâts.
Mohamed Zainabi
Source: Le Reporter
L’ambassadeur et le consul ont-ils été poursuivis, sur le plan disciplinaire ou pénal, à leur retour au Maroc? Aucune information en ce sens n’a pu être recueillie. LeMAEC dispose d’une inspection générale ainsi que d’un conseil de discipline, conformément à l’article 65 du dahir n° 1-58-008 du 4 chaâbane 1377 (24 février 1958) portant statut général de la fonction publique. Leurs décisions ne sont pas publiques, impossible donc d’en savoir plus. On relevera que ledit dahir ne contient aucune disposition interdisant expressément la corruption, le trafic d’influence ou encore le manquement au respect dû aux administrés – certes, les deux premiers agissements sont couverts par le Code pénal, mais il aurait été symboliquement réconfortant dans un pays miné et ravagé par la corruption de voir son statut de la fonction publique en souffler un ou deux mots. L’article 16 du statut se contente en effet d’interdire au fonctionnaire d’avoir des intérêts de nature à compromettre son indépendance dans une entreprise soumise au contrôle de l’administration dont il fait partie – une prohibition qui n’englobe pas stricto sensu la corruption passive, par exemple. Le principal devoir du fonctionnaire marocain c’est de respecter et faire respecter l’autorité de l’Etat (article 13 du dahir), pas d’être au service des administrés, d’agir avec efficacité, sens du service et transparence, de manière neutre et en l’absence de discrimination, parti-pris ou vénalité. Que l’on ne s’étonne pas du résultat après.

L’ambassadeur Aïcha el Kabbaj aurait quant à elle pu être poursuivie sur le plan disciplinaire, si les faits étaient avérés, sur la base de l’article 17 du dahir:
Art : 17
Toute faute commise par un fonctionnaire dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de ses fonctions, l’expose à une sanction disciplinaire sans préjudice, le cas échéant, des peines prévues par le code pénal.

Tout fonctionnaire quel que soit son rang dans la hiérarchie est responsable de l’exécution des tâches qui lui sont confiées. Le fonctionnaire chargé d’assurer la marche d’un service est responsable à l’égard de ses supérieurs de l’autorité qui lui a été conférée pour cet objet et de l’exécution des ordres qu’il a donnés. La responsabilité propre de ses subordonnés ne le dégage en rien des responsabilités qui lui incombent.

Dans le cas où un fonctionnaire a été poursuivi par un tiers pour faute de service, la collectivité publique doit couvrir le fonctionnaire des condamnations civiles prononcées contre lui.

Sur le plan pénal, les faits allégués seraient, s’ils étaient avérés, constitutifs de nombreuses infractions pénales, notamment l’acte arbitraire attentatoire à la liberté individuelle ou aux droits civiques (article 225 du Code pénal), la concussion (article 243 du Code pénal), le trafic d’influence (article 250 du Code pénal) et enfin harcèlement sexuel, réprimé par l’article 503-1 du Code pénal. Cependant, si des poursuites ont eu lieu (j’en doute), la presse n’en a rien rapporté.
Voilà donc quelques centaines de Marocains qui accusent publiquement deux agents du ministère des affaires étrangères, dont un est ambassadeur et nommée par dahir, de corruption et harcèlement sexuel. De deux choses l’une: soit ils disent la vérité, et les faits qu’ils dénoncent doivent donner lieu à des suites disciplinaires et judiciaires, soit ils mentent, et alors ces suppôts de l’Iran, de la DRS algérienne et de Bob Ménard doivent être poursuivis, au Danemark pour diffamation et au Maroc pour outrage à fonctionnaire public, réprimé par l’article 263 du Code pénal. Or, en l’espèce, rien de tout cela. Ceci est assez symptomatique de la façon dont les méfaits supposés d’agent de ‘l’administration marocaine sont – parfois – réprimés: s’il s’agissait de deux agents d’autorité à Boudnib et pour peu que leurs victimes aient eu des relations ou un poids social suffisant, force aurait éventuellement été donnée à la loi, et les deux fonctionnaires indélicats poursuivis. Ici, l’affaire est plus visible: pensez, une ambassadeur et un consul, la presse – et pas seulement marocaine – en parlerait en long et en large si jamais des poursuites disciplinaires ou pénales avaient lieu. Dès lors, les victimes ayant eu suffisamment de poids pour faire quitter leur poste aux deux impétrants, mais pas assez pour obtenir l’ouverture d’une poursuite, on reste dans le clair-obscur, nuance préférée du makhzen: l’apparence d’une sanction, la réalité de l’impunité.

Pour finir, un coup de chapeau à nos compatriotes du Danemark: ce que vous avez fait, tous les MRE devraient le faire devant leurs consulats et ambassades respectifs, et tous les Marocains devant leurs guichets administratifs.

Lectures complémentaires: s’agissant du traitement des Marocains dans les ambassades et consulats marocains à l’étranger, je vous conseille deux billets d’une marocaine, ici et ici. Voir aussi le clip vidéo sur les locaux du consulat général du Maroc à Düsseldorf, on ne se sent pas dépaysé (même sentiment pour les locaux du consulat général du Maroc à Bologne), sans compter des clips sur les consulats de Marseille (ici et ici), Barcelone et Lille…

Personnellement, je n’ai pas trop à me plaindre, ayant même eu des relations amicales avec des diplomates marocain-e-s. Ma soeur, par contre, alors même qu’elle venait faire enregistrer son mariage étranger à l’ambassade du Maroc à Stockholm, s’est vue demander son numéro de téléphone « pour prendre un pot » par le préposé. Très réticente à posséder de quelconques documents administratifs marocains, inutile de dire que cet épisode l’a définitivement convaincue de la justesse de son choix (elle a quand même pu obtenir l’enregistrement du mariage, non sans interventions).

(1) Cette règle des quatre ans est moins contraignante pour les ambassadeurs, nommés par dahir et dont la durée de l’affectation peut souvent être prolongée (voire raccourcie), en fonction à la fois des relations établies entre l’ambassadeur et les autorités du pays hôte (c’est surtout valable, pour le Maroc, dans les autres pays arabes) ou de ‘l’appréciation du travail de l’ambassadeur par le MAEC et bien évidemment le Palais. Par ailleurs, il faut également souligner que de nombreux agents dans nos ambassades et consulats (et surtout ces derniers) sont des agents locaux, dépourvus de statut diplomatique ou consulaire, et qui ont un contrat de travail suivant les règles du droit de travail local. Ceux-là peuvent donc demeurer en place bien plus que les quatre ans de leur collègues à statut diplomatique ou consulaire.

(2) Selon une pratique diplomatique très courante, une ambassade peut desservir plusieurs pays, outre celui du pays hôte. A titre d’exemple, de 2000 à 2008, le Danemark avait fermé son ambassade à Rabat. Les diplomates danois en poste à Alger étaient cependant également accrédités à Rabat, et donc habilités à représenter le Danemark au Maroc de manière ponctuelle.













0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top