Voilà comment une dépêche MAP, bureau de Bruxelles en date du 7 septembre 2016, rend compte de la rencontre organisée la veille avec la participation notamment d'Anis Birou, ministre chargé des MRE et des affaires de la migration, Sven Gatz, ministre flamand de la culture des Médias, de la jeunesse et des affaires bruxelloises, Samir Addahre et Menouar Alem, respectivement ambassadeur du Maroc en Belgique et ambassadeur du Maroc auprès de l'Union Européenne.

Par contre, rien sur le grave incident dont a été victime Larabi Amzour, un MRE de 76 ans vivant en Belgique depuis 40 ans, qui a été sauvagement agressé par le service d'ordre de la conférence -débat sur (oh ironie des choses), sur le vivre ensemble et la non-violence, en présence de cet aréopage d'officiels marocains et belges qui n'ont pas bronché !

Précisons aussi que cet article de la MAP a été intégralement reproduit sur le site officiel du CCME sans discernement ni aucun commentaire, alors que ce Conseil est censé défendre les droits multidimensionnels des citoyens MRE, dont leur dignité ! ... (Abdelkrim Belguendouz)

Article MAP repris par le CCME
La Culture en tant que levier d’intégration dans les sociétés d’accueil et l’importance des échanges culturels dans la promotion du vivre ensemble ont été au centre d’un débat organisé mardi soir à Bruxelles, en présence du ministre chargé des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la Migration, Anis Birou et du ministre du gouvernement flamand de la culture Sven Gatz.

A l’ouverture de ce débat, auquel ont pris part MM. Samir Addahre, ambassadeur du Maroc en Belgique et Menouar Alem, ambassadeur du Royaume auprès de l’Union européenne et plusieurs personnalités belges du monde de la culture, des chercheurs et des acteurs associatifs marocains, M. Birou a rappelé la teneur du discours royal du 20 août dernier dans lequel SM le Roi Mohammed VI a appelé à combattre le fanatisme et invité les membres de la communauté marocaine à rester attachés aux valeurs de l’islam et à leurs traditions séculaires face au fanatisme.

M. Birou a souligné que le Maroc, en s’appuyant sur la communauté vivant dans les pays d’accueil, s’est inscrit dans une perspective de dialogue des cultures et s’est investi à travers sa diplomatie dans des cercles de dialogue et de paix comme l’alliance des civilisations, la Fondation Anna Lindh ou la fondation Mohammed VI des Ouléma africains porteuse d’un modèle d’islam malékite modéré et ouvert. Le Royaume, a-t-il ajouté, s’est engagé à travers des institutions comme la Fondation Hassan II des MRE, dont la mission est de conforter le rayonnement culturel national dans les pays d’immigration, d’approfondir les actions de partenariats avec la société civile à travers les associations d’émigration qui peuvent être des leviers de dialogue.

Le ministre a, dans ce contexte, rappelé les efforts déployés par son département dans la mobilisation des acteurs associatifs, notamment pour le soutien scolaire, la promotion de la culture marocaine, et la création de centres culturels marocains à l’étranger, qui sont dédiés à la diffusion de l’image de modernité, de tolérance et d’ouverture du Maroc.

Après avoir mis l’accent sur les efforts déployés par le Maroc en matière de promotion des valeurs de tolérance et de vivre ensemble, M. Birou a souligné la nécessité pour les sociétés d’accueil de promouvoir tous les droits aux citoyens belges d’origine marocaine, notamment l’accès aux ressources culturelles, linguistiques et religieuses « afin de palier le vide identitaire qui fragilise nombre d’entre eux ». Cela passe notamment par une bonne connaissance de l’histoire nationale, par la formation des enseignants belges à la culture et à la richesse de la civilisation du monde arabo-musulman, mais aussi, a ajouté le ministre, par une politique d’ouverture des droits à l’éducation, à la formation, aux loisirs afin d’élargir les droits individuels et lutter contre les déterminismes sociaux et culturels.

Pour permettre cet accès à une véritable citoyenneté, le ministre a souligné la nécessité de lutter contre toutes les formes de discriminations à l’école, au travail et dans la vie de tous les jours et contre les formes d’inégalités en réajustant les politiques publiques.

M. Birou a également insisté sur la nécessité de lutter contre les amalgames et éviter la mise à l’index des Musulmans et la logique de soupçon qui les stigmatise, car parmi cette communauté beaucoup ont réussi et sont l’exemple même de la parfaite intégration.

Le ministre flamand de la Culture, des Médias, de la Jeunesse et des Affaires bruxelloises, Sven Gatz a, pour sa part, mis en exergue la teneur du discours du Souverain à l’occasion du 63 ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple, notant que SM le Roi a abordé «avec courage et sagesse une question délicate dans nos sociétés d’aujourd’hui, qui est celle du combat contre le fanatisme religieux».

«J’ai suivi le discours de SM le Roi avec beaucoup d’intérêt et j’estime que c’est la première fois qu’un chef d’Etat évoque des questions aussi sensibles avec audace et détermination», a ajouté le ministre flamand.

M. Gatz a rappelé, à cet égard, les initiatives menées par son gouvernement en collaboration avec le Maroc pour promouvoir la culture et le dialogue, notamment la maison de la Culture maroco-flamande «Darkom» à la quelle les deux parties donneront une nouvelle impulsion à travers un nouveau siège à Bruxelles et des activités communes dans l’intérêt du rapprochement des deux cultures.

D’autres intervenants ont pris ensuite la parole pour mettre en relief l’importance du dialogue interculturel en cette période difficile que traverse l’immigration en Europe. Ils ont souligné la nécessité de promouvoir les valeurs du vivre ensemble et l’échange culturel et de reconnaitre la diversité , loin de toute crispations identitaires ou confrontations ethniques ou religieuses. 07/09/2016 / Source : CCME









0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top