Double insulte aux marocains du monde qu’on a écarté délibérément des élections législatives 2016 et qu’on fait appel à eux comme observateurs de ces mêmes élections. Ceux qui ont accepté cette tâche, ne sont pas dignes de représenter ces citoyens, de seconde-zone, exclus de la vie politique marocaine, par ces mêmes responsables qui font appel à eux !

En effet, l’idée ingénieuse de cette mascarade serait venue, selon Yabiladi.com, du président du Conseil national des droits de l’homme (CNDH), M. Driss El Yazami qui est également président de la communauté marocaine de l'étranger ou plutôt un président honoraire puisqu’il n’y a pas mis les pieds depuis des années tout en gardant salaire, fonction et avantages.

Le choix de ces nouveaux serviteurs citoyens seraient des élus franco-marocains et pas les moindres puisqu’ils mangent, pour certains d’entre eux, à toutes les sauces. Du foie gras en accompagnant le président français au Maroc et du couscous en s’invitant dans les festins marocains.

La composite de certains de ces élus est la fierté même des diplomates marocains en France. Ils sont devenus comme une sorte de marchandise qu’on déballe pour épater et qu’on réemballe une fois la fiesta est terminée. Aucun de ces élus, franco-marocains, ne peut prétendre apporter une plus-value quelconque au royaume à part d’être un élu lambda dans sa commune en France.

Plus grave encore, quelques-uns de ces élus (observateurs) seraient alliés avec les ennemis du Maroc. Certains faits avec images à l’appui, montrent ces élus franco-marocains, bras dessus bras dessous, avec des membres du polsario s’apparentant dans le même club et partageant les mêmes idéologies. Une fois le scandale éclaté, ils se sont contentés de maquiller le nom de leur groupe pour continuer à plaire à leurs mentors en France et à duper leur mère patrie avec la bénédiction de leurs parrains protecteurs.

La mascarade a assez duré. Les citoyens marocains de l’extérieur doivent être reconsidérés autrement et doivent jouir de tous les droits que la constitution marocaine de 2011 leur a conférés. Nous dénonçons avec force l’exclusion de notre participation à la vie politique marocaine et demandons aux fonctionnaires de la diplomatie de revoir leur copie sur le jugement apporté sur les marocains du monde et sans clientélisme.

Mohammed Alaoui Barnoussi





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top