La révision des listes électorales a été, samedi, au centre des travaux de la Commission de l'Intérieur, de la décentralisation et des infrastructures à la Chambre des représentants. Chakib Benmoussa a mis en exergue les atouts de l'opération de la révision des listes pour l'échéance législative de 2007. Elle s'inscrit dans une logique visant à les actualiser pour que tous les citoyens, ayant l'âge requis, aient le droit de participer à ce rendez-vous crucial pour la démocratie au Maroc.

Cette opération est nécessaire. Elle donnera, a notamment souligné M. Benmoussa, lors de son intervention devant les membres de la Commission de l'Intérieur, de la décentralisation et des infrastructures à la Chambre des représentants, le cadre juridique adéquat permettant aux Marocains résidant à l'étranger de se porter candidats et de participer aux élections de 2007.

Mercredi dernier, devant les membres de cette même commission, M. Benmoussa a déclaré que la participation des MRE consacre le principe de l'égalité des Marocains devant la loi. Le nouveau Code électoral ouvre ainsi la voie aux citoyens marocains nés et résidant à l'étranger la possibilité de s'inscrire dans la commune de leur choix, selon des critères bien définis. Les intéressés peuvent s'inscrire d'ailleurs dans la commune d'origine du père ou du grand-père, ou dans une commune où ils disposent de propriétés, d'une résidence, d'une activité professionnelle ou commerciale, ou de liens indirects tels que l'enregistrement de l'un des parents ou du conjoint sur les listes.

En relation avec les modifications apportées par la nouvelle loi électorale, M. Benmoussa a précisé que le projet prévoit un délai de 30 jours pour déposer ces demandes au lieu du délai de 20 jours fixé lors des précédentes étapes de la révision exceptionnelle. Pour ce qui est des délais de dépôt des listes amendées provisoires et définitives, le ministre a affirmé qu'ils ont été fixés en une semaine afin de permettre à tous les intéressés d'en prendre connaissance et d'en obtenir une copie. En relation avec ce point, le chef du département de l'Intérieur a souligné que le projet a accordé un délai de trois jours pour notifier aux intéressés les décisions prises par les commissions administratives et de radiation. Une mesure qui a pour objectif la protection des droits des électeurs et assure la transparence à l'opération de la révision des listes électorales.

Le gouvernement est pour la révision et non l'établissement de nouvelles listes électorales comme l'ont suggéré quelques députés. Pour le ministre de l'Intérieur, la révision permet d'obtenir les mêmes résultats escomptés. Elle sera supervisée par les commissions administratives et de radiation et ce en totale conformité avec le code électoral. M. Benmoussa a rappelé que le Royaume compte deux expériences réussies de révisions exceptionnelles des listes en 2002 et 2003 à l'occasion respectivement d'élections législatives et communales.

Concernant la proposition de l'établissement de nouvelles listes électorales, le chef du département de l'Intérieur a souligné que c'est une opération qui pose plusieurs difficultés liées notamment à la faible adhésion des citoyens à cette opération.
 
Libération / 7 Novembre 2006
Mohamed Jaabouk



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top