Suite au retour d’une délégation française qui s’était rendue, en juin dernier, en terre palestinienne pour rencontrer des prisonniers de l’apartheid, la ville de Bezons (Val d’Oise) a organisé une soirée dédiée au plus célèbre prisonnier politique palestinien : le député Marwan Barghouti.

En présence de Bezonais, de représentants associatifs et de plusieurs personnalités, les trois conférenciers, qui ont fait le déplacement en Palestine, ont raconté leur périple voyage qui a commencé en France par les avertissements décourageants du Quai d’Orsay à se rendre en Terre Sainte. Après une brève introduction du maire de la ville de Bezons, Dominique Lesparre, les trois missionnaires de cette opération ont pris successivement la parole à commencer par Raymond Ayivi, conseiller municipal de Bezons et délégué à la Solidarité internationale, suivi de Jacques Bourgoin, maire honoraire de Gennevilliers et de Jacques Jakubowicz, conseiller municipal de Bondy. Les trois narrateurs ont annoncé, d’ores et déjà, qu’une plus imposante délégation d’élus européens se rendra prochainement en Palestine.


Le mot d’ordre est la libération de Marwan Barghouti, emprisonné illégalement par l’État Israélien. Ils sont au total plus de 7.000 prisonniers, dont 12 députés, des centaines de mineurs et de femmes incarcérés, la plupart sans jugement. Marwan Barghouti n’est pas un terroriste, mais un député, un élu du peuple et un Homme d’État capable de contribuer à la paix au conflit qui perdure depuis 70 ans. Par ailleurs, le député palestinien pourrait se voir décerner le prix Nobel de la paix 2017. Plusieurs personnalités internationales, dont des Prix Nobel, des parlementaires, des artistes et intellectuels plaident en sa faveur, rapportent les membres de la délégation.

Les trois élus détaillant les différentes étapes de leur séjour, ont confirmé ce que la Palestine vit quotidiennement, cela va des persécutions de l’armée israélienne jusqu’aux attaques perpétrées par les colons dont la plus horrible fut l’acte terroriste qui a décimé toute une famille brulée dans sa maison en Cisjordanie. Pour la Palestine, Barghouti représente la volonté du peuple Palestinien, il est ainsi comparé au grand leader Sud-Africain, Nelson Mandela pour sa lutte contre l’apartheid. La Palestine est le symbole de l’échec de la communauté internationale à assumer ses obligations, à faire respecter le droit international et à établir la paix et la sécurité dans le monde.

Selon les trois membres de la délégation, le voyage en Palestine est une expérience saisissante où la réalité du terrain dépasse la fiction des atrocités subies par les palestiniens. Bien entendu, la presse française, à la botte de l’État pro-sioniste, ne rapporte pas tous les faits ni les expéditions humanitaires sauf si ces dernières se font intercepter par l’armée du Tsahal ! L’expédition de la délégation française de juin n’a pas eu écho dans la presse française, sauf la déclaration de l’Ambassadrice d’Israël à Paris pour faire pression sur les autorités françaises. Le combat pour la Palestine continue pour la délégation qui ne lâchera pas prise selon ses dits.

Arlette Colin





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top