L’invalidation de la candidature de Hammad El Kabbadj est un cas de conscience. Peut-être même un crève-cœur. Parce que voilà un citoyen marocain empêché, à la dernière minute, de défendre ses chances devant les électeurs… Mais on ne peut pas réduire toute cette affaire à «ça».

On peut crier à l’injustice. On peut se lancer dans des débats sans fin sur la guéguerre menée aux islamistes, sur la constitutionnalité pou non de l’éviction du candidat, sur qui a dit quoi et qui a fait quoi, etc. Mais on ne peut pas réduire toute cette affaire à « ça ».

El Kabbadj est un salafiste connu à Marrakech. Ce n’est pas un homme d’État, un leader politique, mais un prédicateur de base. Un salafiste de terrain, du petit peuple, de la « Nassiha » (le conseil) et de la « Fadila » (la vertu, la bonne action). Il faut appeler un chat un chat, alors un salafiste, qu’il soit modéré ou radical, n’est pas le meilleur défenseur de l’égalité femme – homme, de la liberté de conscience et des libertés individuelles, de l’interdiction de la polygamie et du mariage des mineures, etc.

Avant de revenir au cas d’El Kabbadj, nous allons faire un petit voyage, rapide et instructif, dans l’histoire marocaine.

Le salafisme marocain est le résultat d’un cheminement complexe. Il a longtemps été porté, entre autres, par la figure paternaliste de Allal El Fassi, grand zaim nationaliste et authentique homme d’Etat pour son époque. Ce salafisme-là était soluble dans la société marocaine. Au temps du protectorat, il représentait même une forme de résistance parce qu’il offrait des repères clairs et authentiques (l’islam, la tradition) à une société dont les repères ont été brouillés par des années d’occupation.

Mais le salafisme a muté au fil du temps. Dans le Maroc des années 1960 et 1970, il a été utilisé pour amortir la montée des courants marxistes – léninistes qui enflammaient la jeunesse. Dans les années 1980, un salafisme à très forte inspiration wahhabite a été répandu pour contrer, cette fois, le péril chiite venu d’Iran.
Dans les décennies suivantes, le salafisme marocain a été teinté de jihadisme. Il est devenu combattant, guerrier, voire révolutionnaire. Il a aussi été teinté de takfirisme, qui est une sorte d’inquisition, jugeant qui est un bon et un vrai musulman et qui ne l’est pas, appelant à des expéditions punitives contre les « mauvais » musulmans.

L’arrivée du terrorisme a bien sûr fait bouillir cette marmite. Le salafisme ayant depuis longtemps débordé de son cadre religieux initial, il est devenu une question de sécurité et même de salubrité publique.

Ce salafisme, ou plutôt ces salafismes, sont-ils encore solubles dans la société marocaine ? Cette question sous-entend que le salafisme est devenu un problème. Et à ce problème, on a tenté d’apporter deux solutions : une vaste réforme du champ religieux pour encadrer à la fois le dogme et le trafic des idées ; et une solution politique, en inoculant par petites doses les salafistes les plus « solubles » dans différentes formations politiques.

Les élections 2016 sont celles qui inaugurent, justement, cette solution politique négociée. Elles serviront de test. Parce que nous sommes face à une greffe. Et personne ne peut prédire, à l’avance, les résultats d’une greffe. Prendra-t-elle ? Ou sera-t-elle rejetée ? Avec quels effets indésirables ?

Parce que l’idée d’intégrer le salafisme dans le jeu politique est une arme à double tranchant. Elle règle un problème et en crée un autre. Côté cour, elle isole les salafistes radicalisés et rachète les plus modérés, avec lesquels elle crée une sorte d’alliance. Côté jardin, elle offre une exposition extraordinaire au salafisme, hier encore confiné dans un circuit confidentiel.

Et c’est là que l’on en revient au cas El Kabbadj
On nous dit que le prédicateur connu pour ses diatribes antisémites et son appartenance à une mouvance qui encourageait le mariage des mineures, entre autres abominations, a « révisé » certaines de ses postures rétrogrades. Faut-il le croire ? A-t-il procédé à son mea culpa ? A-t-il désavoué publiquement les positions qu’on lui prêtait ? A-t-il réellement changé d’opinion sur ces questions ? Où ? Quand ? Est-ce une garantie suffisante et rationnelle pour lui dérouler le tapis vert et le voir, selon toute vraisemblance, gagner la bataille de Marrakech-Guéliz, une circonscription phare, chargée de symboles d’ouverture, avec d’énormes enjeux d’économie mais aussi de société et de culture ?
Le360.ma





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top