On observe depuis quelque temps une montée de l’islamophobie dans des médias occidentaux et le Huffpost Maghreb ne déroge pas à cette règle.

Dans un article intitulé « Ces musulmans qui quittent la France pour faire leur Hijra au Maroc » paru le 31 juillet, le Huffpost fait du retour au bled des « MRE » un sujet religieux en insistant sur des mots comme « Islam », « burqa » « Mecque » ... Ainsi, le Huff généralise quelques cas de radicalisation à l’ensemble des immigrés qui ont choisi de finir leur vie au pays.

Le chômage galopant, la cherté de la vie et le mal vivre font également fuir des français de souche vers l’Amérique du Nord, la Grande Bretagne ou l’Espagne… et aussi vers le Maroc pour les retraités. Est-ce qu’on peut appeler aussi ces nouveaux migrants des « frères et sœurs qui font la Hijra ».

La photo utilisée par le Huff parle d’elle-même faisant du sujet un article vendeur et trompeur. Ces amalgames sont une aubaine pour les politiques qui les utilisent à des fins électorales mais qui font beaucoup de tort aux musulmans d’Europe. (Wakeupinfo).

L’Article signé par le Huffpost Maghreb :
« HIJRA - De plus en plus de musulmans de France décident de quitter l'Hexagone pour migrer dans les "terres d'islam" et vivre leur religion comme au temps des premiers compagnons du prophète. Ce grand saut, qui connaît un véritable essor depuis quelques années, s'appelle la Hijra, en référence au départ des compagnons du prophète Mohammed de La Mecque vers l’oasis de Yathrib, ancien nom de Médine, en 622.

Les "frères" et "soeurs" qui choisissent de s'exiler vers le Maghreb ou le Moyen-Orient s'appellent les mouhajirounes. Se sentant souvent stigmatisés dans leur pays d'accueil, ils franchissent le pas pour vivre au sein de la Oumma (communauté musulmane), qui ne peut prospérer qu'en "terre d'islam", et veulent pratiquer leur religion librement. Beaucoup d'entre eux choisissent le Maroc comme pays d'exil. C'est le cas de Sanaa (le prénom a été modifié), une "mohajira" qui s'est installée en octobre dernier à Témara, petite commune balnéaire située en périphérie de Rabat, "grâce à Dieu", nous confie-t-elle. »
Lire la suite sur le Huffpost









0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top