C'est toujours en été quand les Français sont en vacances que les idées qui vont faire leur chemin sont lancées. On l'a vu maintes fois depuis 2008, et voici la dernière, mettre fin à l'assurance chômage... 

Les cotisations chômage sont insuffisantes pour assurer l’équilibre budgétaire de l'Unédic. Instaurons une allocation de base et laissons les actifs souscrire à une assurance chômage complémentaire. Comme tout notre système d’assurances sociales, le chômage est géré en France de manière centralisée et monopolistique. 

Les entreprises et les salariés en supportent le coût, très excessif par rapport à bien d’autres pays. L’Unédic gère les fonds de l’assurance chômage et assure les relations avec les organismes chargés du recouvrement des contributions. En 2015 elle a reçu des cotisations pour environ 34 milliards d'euros et a subi un déficit de l’ordre de 4,4 milliards (3,9 milliards en 2014). La dette atteindra, selon l’Unedic, 29,4 milliards d'euros. Lire ici Les Echos.

En traduction, cela donne : "les banques n'ont pas assez, elles veulent encore plus, donc pourquoi ne pas pomper aussi le sang, pardon, l'argent des cotisations chômage" ce qui permettra à des groupes privés de se goinfrer encore plus, et d'encourager, évidemment, des cotisations particulièrement corsées. Cette idée lancée fin juillet est dores et déjà une privatisation avant l'heure.

Source ; http://www.jovanovic.com/blog.htm





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top