Le revenu universel, vous connaissez ? L’idée est d’allouer un revenu à toute une population sans exceptions ni conditions. Autrement dit, grâce au revenu universel (aussi appelé revenu de base), chacun aurait la garantie de toucher de quoi vivre chaque mois, qu’il ait déjà un travail ou non.

Le concept peut surprendre mais il fait rapidement son chemin : on sait déjà que l’expérience sera tentée en Finlande, aux Pays-Bas en Suisse et pourquoi pas en France ! Le Conseil national du numérique (CNNum) avait remis un rapport destiné à alimenter les projets de loi de Myriam el Khomri (ministre du travail) et d’Emmanuel Macron, ministre de l’économie. Ce document, rédigé après consultation d’une cinquantaine d’experts (sociologues, syndicats, économistes, patrons et collectivités) présente une vingtaine de recommandations précises, dont une qui a toute particulière : celle qui préconise l’instauration d’un revenu universel en France. Selon des informations relayées par Europe 1, ce revenu pourrait tourner entre 600 et 800 euros par mois et par habitant ! Une somme plus que symbolique et loin d’être négligeable.

L’objectif d’une telle mesure serait bien entendu d’éradiquer la misère, mais pas seulement. Elle aurait aussi une portée plus large que cela puisqu’elle modifierait le rapport des Français au travail et à la vie : si quelqu’un est assuré de gagner le minimum vital, il pourrait, en plus de son travail, se consacrer à d’autres tâches utiles à la société, notamment en s’investissant dans le secteur non marchand, le bénévolat, la solidarité, l’éducation…


Les Suisses sont invités également à se prononcer pour ou contre l’instauration d’un revenu de base (aussi appelé revenu universel). Mais ceux qui défendent cette mesure refusent d’attendre le référendum. Pour faire progresser le débat et influencer l’opinion, ils ont décidé de verser immédiatement un revenu de base de 2 250 euros par mois à une personne tirée au sort ! Et en France ? Eh bien ça avance sérieusement aussi !

C’est pour peser sur le débat que des Zurichois ont constitué l’association RBI pour toi (RBI = revenu de base inconditionnel) Grâce à un financement participatif, ils ont réussi à réunir 27 000 euros : de quoi verser un revenu universel à une personne pendant une année complète et montrer par l’exemple que tout est possible.

Un tirage au sort a été effectué et c’est Carole, 30 ans (photo ci-dessous), qui a été désignée. De ce fait, elle devient donc la première citoyenne suisse à bénéficier d’un revenu de base !


Grâce à ce soutien financier inattendu, la jeune femme va pouvoir reprendre une formation professionnelle : « C’est un énorme soulagement de savoir que je peux faire des études tout en ayant un revenu assuré. »

Compte tenu du succès de cette première opération, une deuxième collecte de fonds a déjà été lancée. De quoi inspirer la France ? Peut-être… Depuis que la réflexion autour d’un revenu de base a été officiellement lancée par les autorités, des groupes de travail planchent ici et là sur la question. Dernier exemple en date : le rapport remis par la fondation Jean-Jaurès, proche du Parti Socialiste. Le texte repose sur trois hypothèses correspondant chacune à un montant différent : 500€, 750€ et 1 000€ par Français. Mais, au final, la Fondation privilégie la mise en place de la somme intermédiaire à 750€.

Dans ce cas de figure, chaque Français toucherait 225€ par mois jusqu’à l’âge de 15 ans, puis 375 entre 15 et 18, puis 750 entre 18 et 65 et, enfin, 1 125 après 65 ans. Pour les auteurs du rapport, 500€, ce serait trop peu, et 1 000€, trop, dans le sens où (selon eux) cela dissuaderait les Français de trouver du travail. La Fondation Jean-Jaurès : « Une telle réforme constituerait une révolution d’une ampleur similaire à celle de la création de la sécurité sociale en 1946. »

Certains jugeront sûrement cette piste de travail un peu trop timide (d’autant que le revenu de base se substituerait, dans le cas présent, à la plupart des aides sociales). Mais d’autres, à l’inverse, y verront une utopie insensée. Bref, en France comme ailleurs, le débat n’est pas près de se refermer !






0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top