Aujourd’hui, les MRE sont au cœur des préoccupations du ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération chargé de la Communauté Marocaine Résidant à l’Étranger. Nous vous présentons ici les grands axes de la stratégie mise en place par ce département ministériel.

Créé en novembre 2002, suite aux Hautes orientations royales, ce ministère a élaboré une stratégie national globale au profit des MRE, basée sur une concertation avec tous les organismes et institutions concernés, à savoir les représentation diplomatiques et consulaires à l’étranger, les départements ministériels concernés, les universitaires et chercheurs spécialisés dans les questions des migration ainsi qu’avec les associations représentatives des MRE de la part desquelles le ministère a reçu plus de 120 réponses, dans le cadre d’une importante consultation.

Cette stratégie que le conseil du gouvernement a adaptée le 13 mai 2003 constitue un plan d’action à court et moyen terme.

D’abord, les priorités
Elles sont axées sur cinq points fondamentaux, qui cherche à faire des MRE des citoyens immigrés à part entière. Ces points englobent :
  • la modernisation des systèmes d’éducation et d’enseignement des enfants des MRE ;
  • la création des espaces culturels multidisciplinaires et polyvalents dans les principales capitales des pays d’accueil ;
  • le développement d’une culture religieuse et civilisationnelle fondée sur les valeurs de la tolérance, le dialogue et la cohabitation ;
  • la garantie du droit à la pleine citoyenneté à travers une meilleure participation politique des MRE. Mais au-delà, le ministère met en avant la défense des causes nationales stratégique, en l’occurrence : l’intégrité territoriale considérée comme une priorité. Ce plan d’action a été discuté puis validé par le gouvernement du Maroc.
A court terme, des actions ambitieuses
Nul n’en doute, la stratégie du ministère à l’égard des MRE se veut ambitieuse et vise aussi l’élaboration d’une vision cohérente de l’action associative afin de mieux répondre aux nouveaux défis de l’émigration, d’autre part, elle envisage la création de trois espace culturels polyvalents avec l’Andalousie en Espagne, la Belgique, les Pays-Bas et d’autres pays, ainsi que l’adoption de programmes éducatifs et d’outils pédagogiques adaptés aux enfants des MRE et le développement de l’apprentissage de la langue arabe à tous les niveaux du cursus éducatif.

Ce développement associatif, culturel et éducatif est vital pour préserver l’identité nationale dont les MRE sont si jaloux et fiers, ce qui leur permettra de participer activement à l’évolution économique, politique et sociale du Maroc et collaborer à la consolidation de son développement futur.

Néanmoins, ce développement ne peut réussir sans une politique de communication, permanente et continue, entre le ministère et les MRE. Dans cet esprit, un site web dédié spécialement à cette parallèle, un numéro vert sera ouvert pour les orienter et les informer.

A moyen terme, une politique visionnaire
Les actions à moyen terme du ministère à l’égard des MRE couvrent un large champ d’action qui touche des domaines aussi variés complémentaires.

*Au niveau législatif, préserver les MRE
L’attention, sur le plan législatif, sera portée bilatéraux avec les pays partenaires ainsi que la conclusions de nouveaux accords qui visent le respect de la dignité, des droits et des libertés des MRE et la préservation de leur sécurité. Par ailleurs, un intérêt particulier sera accordé à la mise en place de solutions adéquates liées aux problèmes de l’émigration des mineurs, des formalités douanière, administratives et procédurales, de la sécurité routière, du transport aérien…

*Sur le plan diplomatique, se rapprocher des MRE
A ce niveau, les actions se poursuivront et seront illustrées par le développement de la qualité des services rendus aux MRE, par les conseillers sociaux et économiques accrédités auprès des représentations diplomatiques et consulaires, l’allégement et la simplification des procédures administratives au niveau des consulats, et l’amélioration des conditions de vie des MRE, surtout dans les quartiers difficiles.

*Concernant la mobilisation de la société civile, renforcer le partenariat associatif

Dans ce cadre, le plan d’action du ministère privilégie le développement d’une politique de proximité envers les associations des MRE, notamment par la mise en réseau du tissu associatif, la défense des intérêts communs de ces associations, l’encouragement des actions associatives au service des causes féminines et enfantines, le renforcement du partenariat entre les associations marocaines et étrangères pour défendre les droits de l’homme et lutter contre la violence et la délinquance.

*Du côté économique, la priorité à l’investissement
Le développement d’une stratégie économique du ministère et pas des moindres envers les MRE prend pour axe prioritaire l’encouragement des investissement, les experts économique spécialisés, les banques marocaines, et les représentant de la société civile, des O.N.G et des organismes internationaux spécialisés dans la réalisation des projets en faveur des MRE. Par ailleurs, le ministère vise aussi à se rapprocher œuvrant à l’étranger pour convaincre de s’intégrer davantage dans le tissu économique national.

*Au niveau de la coopération internationale, penser local et agir global

Le dernier axe de développement de la stratégie du ministère concerne la coopération internationale qui préconise la consolidation du partenariat avec les pays qui accueillent les MRE et l’instauration d’une approche globale et équilibrée qui place l’homme au centre de ses préoccupations.

Menara






0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top