A l'étranger, on ne comprend pas la polémique sur le port du burkin en France. Les médias étrangers analysent sévèrement la décision de plusieurs maires français d'interdire le burkini. Ils y voient une décision excluante, "sexiste", ou encore "intolérante".

"Idiot", "insensé", "sexiste"... A l'étranger, les arrêtés pris dans les trois communes de Cannes, Villeneuve-Loubet et Sisco (et désormais Le Touquet) contre le port du burkini suscitent de sévères critiques. Les médias estiment notamment que ces interdictions ne font qu'isoler les femmes musulmanes, désireuses de couvrir leur corps lors de la baignade.
Daniel Fasquelle le reconnaît lui-même: aucun cas de port du burkini n'a pour le moment été constaté sur les plages du Pas-de-Calais. Pourtant, le maire Les Républicains (LR) du Touquet a décidé de prendre les devants, révèle Le Parisien : il va prendre dans la semaine un arrêté interdisant cette tenue de bain utilisée par certaines femmes musulmanes désireuses de recouvrir leur corps entièrement, à l'exception du visage et des mains.
Dans un article au vitriol, le quotidien britannique Guardian accuse: "Les politiques parlent constamment des questions d'intégration et d'inclusion, et s'arrangent ensuite pour mettre au ban de la société ces mêmes femmes qu'ils estiment oppressées et exclues." Pour "défier l'idiotie", le quotidien britannique dresse une liste - moqueuse - de "cinq raisons de porter le burkini, et pas seulement pour agacer les Français". "Rendre les médias fous", "faire des économies sur la crème solaire", "diversifier les moyens de libération de la femme", "souligner le ridicule" et enfin "célébrer la liberté".
"Un acte de fanatisme insensé"

Même son de cloche du côté du Telegraph. Le quotidien conservateur dénonce un "acte de fanatisme insensé". "Les vrais ennemis de la liberté ne sont pas les femmes qui portent des burkinis, mais les politiques qui veulent les interdire", assène le journal britannique. "Ceux qui veulent interdire le burkini oublient une des plus importantes valeurs d'une société libre: nous n'avons pas à croire tous à la même chose pour vivre ensemble", justifie le Telegraph.

Aux Etats-Unis, le Huffington Post met en avant une décision "sexiste": "Toutes les femmes qui décident de porter des burkinis ne sont pas musulmanes. Des juives orthodoxes ont expliqué qu'elles portaient des burkinis ou d'autres tenues semblables par respect pour leurs croyances. D'autres femmes se sentent tout simplement plus à l'aise sans exposer leurs corps". C'est ce que défendent plusieurs femmes interrogées par la BBC. "J'ai un burkini et ça me plait, explique une Pakistanaise habitant dans l'Etat du Massachusetts aux Etats-Unis. Honnêtement, je n'aime pas exposer mon corps au public."
"Le burkini n'est que ceci: un simple maillot de bain"


El Pais moque de son côté l'accent mis sur l'hygiène. "Si c'est un problème d'hygiène, comme le dit si bien le maire (de Cannes, ndlr), il faudrait peut-être alors réfléchit à l'interdiction des maillots, des lunettes de plongée et des combinaisons thermiques pour les frileux", ironise le quotidien espagnol.

Faisant la liste des différents attentats qui ont frappé la France ces derniers mois, El Pais conclut: "L'inquiétude de la population et les précautions prises par les autorités sont des réactions compréhensibles. Mais de la précaution et des ressources nécessaires à lutte antiterroriste, à l'intolérance irrationnelle, il y a un pas que la France ne doit pas franchir." "Après tout, le burkini n'est que ceci: un simple - et supposé incommode - maillot de bain". 

Source : lexpress.fr/


















0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top