Lors d'une rencontre politique publique organisée le 6 décembre 2014 à Paris par la section PJD en Île de France sur la thématique de la participation politique et de la représentation parlementaire des Marocains du Monde, Abdelilah Benkirane, secrétaire général du Parti Justice et Développement et chef du gouvernement marocain, est intervenu publiquement à l'adresse des participants, en présence du député PJD Aftati et de Omar Elmourabit, responsable de la commission MRE au PJD. La vidéo d'«Aljaliya Communication»
«Vous Marocains résidant à l’étranger, votre rôle n'est pas de dire : nous voulons être représentés au Parlement. Le jour où les circonstances favorables le permettront, cela se fera. Cette question est importante pour vous, mais elle est très relative. Est-ce que cette revendication de représentation parlementaire était prise en charge par le PJD ? Oui ! Est-ce que le PJD l'a abandonnée ? Non ! Est-ce qu'il la maintient toujours ? Oui !»
Au-delà du double langage et de la langue de bois, la situation se présente ainsi. Certes, le PJD avait une position remarquable (avec le PSU et la CDT) de soutien à l'effectivité des droits politiques des MRE quand il était dans l’opposition. Mais depuis qu'il dirige le gouvernement, sa position a diamétralement changé, mettant en avant les prétendus problèmes techniques d'organisation des élections à l’étranger, le caractère non opportun de cette représentation parlementaire, les choses n'étant pas mûres !!!

L'argument " novateur" emprunté au président du CCME (et du CNDH) et développé tout récemment au nom du gouvernement Benkirane par le ministre de l’Intérieur, en présence du ministre de la Justice, face aux divers partis politiques marocains, dans le cadre du dialogue en préparation des législatives du 7 octobre 2916, est celui de la non-conformité de cette représentation parlementaire avec l'article 17 de la Constitution !!!



Rabat, le 3 avril 2016
Abdelkrim Belguendouz 







0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top