À l’approche de l’Aid El Kebir, certains vendeurs de moutons, sans scrupules, n’hésitent pas à engraisser les bêtes avec des produits pharmaceutiques illicites. Ces pratiques imposent à l’animal une vitesse de croissance contre nature incompatible pour la consommation d’une viande saine.

Les mauvaises graisses animales sont responsables des maladies cardiovasculaires et sont très pro-inflammatoires chez l’homme. Auxquels, s’ajoutent les conditions d’élevage qui impactent directement la qualité bactériologique des viandes, mais aussi la présence ou non de résidus d’antibiotiques, facteur d’antibiorésistance chez l’homme.

Le quotidien Al Massae rapporte que certains vendeurs n’hésitent pas à faire avaler aux moutons une pilule baptisée « Dardak » afin d’augmenter leur volume. Cette même pilule est utilisée parfois par des femmes en mal de rondeurs au péril de leur santé.


« Dardak » est un produit de contrebande « made in Morocco ». Il s’agit d’une association de corticoïdes (hormones stéroïdes) et de stimulants (complexes vitaminés). Ce produit est utilisé surtout par certains éleveurs de bovins qui ont recours à cette pratique vu la cherté des aliments autorisés pour engraisser les animaux. Le contrôle des autorités sanitaires ne peut endiguer ce fléau sans la mise en place d’une certification bio (Agriculture Biologique) apportant une bonne garantie sanitaire : c’est la seule filière qui exclut les produits illicites à tous les stades de production y compris les OGM.

« Le corticoïde est prescrit en médecine pour un traitement symptomatique des manifestations allergiques. Il n’est délivré en pharmacie que sur prescription médicale, compte tenu de ses contre-indications. Le corticoïde n’est pas recommandé pour une utilisation quotidienne prolongée et son administration ne doit pas dépasser les six jours durant lesquels le patient doit suivre un régime sans sel ». Et d’ajouter : «Un traitement prolongé de corticoïdes stimule la prise alimentaire et induit une hyper insulinémie qui favorise le stockage des graisses » selon M. Meftah, un pharmacien de Casablanca (Ndlr Libé.ma).

Arlette Colin
Wakeupinfo


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top