Toutes les chaînes, même somaliennes, arrivent à annoncer correctement leurs programmes pendant la diffusion. Pourquoi pas notre valeureuse Al Aoula? S’agit-il de superstition ? Dieu seul disposant de l’avenir, on se refuse à annoncer à l’avance la grille de peur de l’offenser ?

Grâce au câble, nous avons plusieurs centaines de chaînes de télévision à notre disposition à Amsterdam. Le monde entier est à nos pieds : du meilleur (la BBC britannique, ARTE…) au pire (ces chaînes où des astrologues enturbanné(e)s chassent le gogo toute la journée…). Chacun fait son choix comme il l’entend. On est en démocratie.

Cela dit, comment chacun fait-il son choix, justement ? Pour organiser sa soirée, quand on a décidé de la passer tranquillement sur le canapé, en face du petit écran (qui a tendance, d’ailleurs, à devenir de plus en plus grand…), on a besoin de connaître par avance les programmes : quel film ou quel documentaire passe, de quelle heure à quelle heure, etc. Heureusement, un simple petit bouton sur la télécommande permet de faire défiler le programme de chaque chaîne des jours à l’avance. (Je sais que vous savez tout cela. Patience.)

Donc, le petit bouton de la télécommande nous renseigne sur ce que nous regardons et nous pouvons même faire défiler les programmes futurs. Cela marche pour toutes les chaînes de tous les pays, de l’Italie à la Chine, de Russia Today à CNN, de Al Jazeera à la Pologne. Toutes les chaînes ? Presque. Il y en a une qui se distingue des autres. Le programme indiqué ne correspond jamais (je dis bien : jamais) à ce que vous regardez. Vous suivez les informations, la chaîne affiche « film de fiction ».

Vous dégustez un vieux James Bond, on vous informe qu’il s’agit d’une « lecture du Coran ». Vous regardez un imam distinguer entre le halal et le haram, la chose est vendue sous le nom de « documentaire animalier ».

Trêve de suspense. Cette chaîne, mesdames, messieurs, c’est notre chaîne nationale : Al-Aoula. (J’ai signalé ce problème il y a plusieurs années sur les ondes d’une radio marocaine, rien n’y a fait. Un débat politique entre Benkirane et Chabat sera toujours annoncé comme « rencontre sportive » ou « en direct du zoo » pour nous autres, pauvres M.R.E. lointains.)

Je cherche depuis des années à comprendre cette particularité de notre chaîne nationale. Même les Somaliens, dont le pays a disparu depuis vingt ans, arrivent à annoncer correctement leurs programmes. Pourquoi pas nous ? S’agit-il de superstition ? Dieu seul disposant de l’avenir, on se refuse à annoncer à l’avance la grille des programmes, de peur de l’offenser ? Mais alors, pourquoi donner une fausse grille, pourquoi ne pas la remplacer par un ‘Dieu seul le sait’ barrant tout l’écran ?

Ça, ça aurait de la gueule, ça dirait à la face du monde l’intensité de nos convictions religieuses.

Ou peut-être Al-Aoula n’a-t-elle pas encore intégré le concept de ‘grille des programmes’ ? Ils ont sans doute une grande corbeille pleine de bandes enregistrées et une petite stagiaire y puise toutes les heures, au hasard, une bande qu’elle met dans l’appareil (ne me demandez pas lequel) et c’est ainsi que la diffusion avance, d’heure en heure, au petit bonheur la chance ?

Qu’importe. Finalement, je suis très fier de notre bonne vieille Al-Aoula. Grâce à elle, chaque Marocain peut se sentir un peu à part, un peu différent, pour tout dire unique. Nous sommes les seuls émigrés au monde pour qui regarder leur chaîne nationale est une loterie quotidienne. Dommage qu’on ne gagne rien à jouer ce jeu… 

Fouad Laroui
Le360.ma






0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top