Partrait : Riham El Hour, dessinatrice de presse, fait sa première apparition aux Ridep. Zoom sur la première femme caricaturiste marocaine.

Origines
Née au Maroc, à Kenitra, je suis la petite dernière d'une fratrie de six enfants, née d'un père palestinien, professeur d'arabe et d'une mère marocaine, professeur de français. J'ai dû choisir ma nationalité à ma majorité et prendre celle de ma mère. Depuis, je travaille beaucoup plus, car représenter le Maroc en étant Palestinienne devenait assez compliqué.

La cause des femmes
Caricaturiste freelance pour des magazines féminins au Maroc, j'ai fait de la cause des femmes mon cheval de bataille. À travers ce métier, je veux leur donner la parole, dénoncer les violences dont elles sont victimes et les aider à avancer. Dans le même esprit, je prépare une exposition, La femme marocaine présence et brillance qui est un hommage aux femmes marocaines qui ont influencé ce pays, au niveau politique, artistique, social... Sans qu'on leur ait donné une place en retour. Je prépare aussi un livre.
France, Ridep, mondialisation
Pour moi, en qualité de dessinatrice, Internet a eu un rôle majeur dans la mondialisation. D'ailleurs, c'est grâce à Internet que, sans jamais y venir, j'ai déjà pu participer aux Ridep, échanger avec les autres dessinateurs, découvrir leurs styles. Mais j'avoue qu'être là aujourd'hui me touche beaucoup, car c'est aussi mon premier voyage en France, pays de la Liberté, et d'abord de la liberté d'expression. Tout un symbole, d'autant que chez moi, même s'il n'y a pas de censure au niveau du pouvoir, elle se fait plutôt en amont, au niveau des chefs de rédaction. Sans doute parce que je suis la première femme caricaturiste de mon pays !

Autodidacte
Je suis autodidacte et dessiner est un don naturel. J'ai décroché mon premier prix national vers 11-12 ans à un concours sur la Marche Verte. Sinon, j'ai fait des études de littérature arabe, puis j'ai réalisé un mémoire sur le rôle de la publicité dans la société marocaine, mais pas d'école de dessin. En 2000, j'ai participé à un concours national sur la liberté d'expression dont j'ai obtenu le premier prix. Ca a commencé comme ça !



































0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top