De la ville d'asilah, le 29 juillet 2009, soit un an après la seule et unique assemblée plénière annuelle tenue jusqu'à nos jours par le CCME (6 et 7 juin 2008), un mémorandum urgent avait été adressé à Driss El Yazami, Président du CCME, par cinq membres du groupe de travail " citoyenneté et participation politique ", relevant du CCME : Abdou Menebhi ( Amsterdam), Hamid Bichri (Bologne), Mohamed Farssi (Dakar), Mohamed Moussaoui (Paris), Kamal Rahmouni ( Madrid).

Ce document de protestation montre notamment que les raisons de la non préparation de projets d'avis consultatifs par ce groupe de travail sont dues essentiellement à la gestion de la présidence du CCME et de l'opposition viscérale de sa direction tripartite (président,secrétaire général,coordinateur général ou numéro 3) à la participation politique au Maroc des citoyens marocains à l'étranger.

Le climat délétère qui a entaché l'avancement des travaux du groupe sur la citoyenneté et la participation politique, explique largement le bilan négatif constaté en cette fin 2014.

Aucune réponse concrète n'a été fournie par le président du CCME, qui a au contraire fait geler les travaux de ce groupe de travail de juillet 2009 à décembre 2010, soit prés de 2 ans. Lorsqu'une légère reprise a eu lieu, les mauvaises habitudes ont repris le dessus. Chasser le naturel, il revient au galop.

Rabat,le 28 décembre 2014
Abdelkrim Belguendouz
Universitaire, chercheur spécialisé en migration

Voici, ci-dessous, 


2 - Les arguments de fond invoqués dans ce mémorandum urgent au vitriol :

MÉMOIRE URGENT 
A L'ATTENTION DU PRÉSIDENT 
DU CONSEIL DE LA COMMUNAUTÉ MAROCAINE A L'ETRANGER 

Rappelant notre position constante de ferme soutien à la création du Conseil de la communauté marocaine l'étranger (CCME), que nous considérons comme un grand acquis, un cadre adéquat à l'étude des multiples questions liées à la situation et au futur des émigrés marocains, ainsi qu'un instrument de réalisation d'une communication authentique avec les émigrés et de réponse positive à leurs attentes et aspirations; 

Nous inspirant de l'esprit et de la philosophie des discours royaux historiques du 6 novembres 2005 et 6 novembre 2006 et ayant la ferme volonté de contribuer à la réalisation des décisions royales fondatrices d'une démarche nouvelle envers les citoyens marocains à l'étranger, et de traitement de leurs affaires, qui suppose leur nécessaire implication dans la vie politique marocaine; 

Saisissant l'opportunité de cette étape qui nous sépare de prés de deux ans de la création du CCME, avec la pause de réflexion qu'elle implique et le nécessaire débat serein et responsable qu'elle nécessite autour de l'expérience acquise et de ses perspectives d'avenir; 

Ayant la volonté de dynamiser le rôle de cette institution dans le cadre général de l'environnement migratoire; 

Prenant en considération toutes ces données et d'autres, nous, signataires du présent mémoire à l'adresse du Président du CCME, le faisons en notre qualité de membres du groupe de travail sur la citoyenneté et la participation politique relevant du CCME, pour interpeller la présidence du conseil sur les faits suivants: 
  • Persistance non compréhensible de la présidence du CCME dans l'ignorance de la revendication très ancienne de l'émigration concernant le droit des citoyens marocains à l'étranger à la participation politique, comme condition de leur exercice de la citoyenneté pleine et entière par rapport au Maroc, et refus d'inscrire cette question dans les sondages d'opinion concernant leurs attentes et aspirations, alors que celles-ci ont été prises en considération dans les discours royaux et dans le Dahir portant création du CCME. 
  • Remise en cause par le Président du Conseil de tous les points d'accord auxquels ont donné lieu les travaux du groupe de travail "citoyenneté et participation politique" du 11 octobre 2008 qui ont débouché sur l'adoption, en sa présence, du plan d'action du groupe de travail (voir P.V ci-joints). Il en est de même de l'abandon par la présidence du conseil de toutes les conclusions des séminaires internes de Daïet Errouni des 16 et 17 mai 2009, ainsi que des conclusions de la réunion de notre groupe de travail du 16 Juin 2009 (voir P.V ci-joints). Ajouter à cela son refus catégorique de discuter des propositions des membres de notre groupe de travail, en particulier celles liées à la participation politique à partir des pays d'accueil. Même attitude négative concernant la feuille de route présentée par le rapporteur du groupe de travail le 18 Juillet 2009 (voir P.V ci-joint). 
  • Non respect par la présidence du CCME de l'autonomie de fonctionnement du groupe de travail et imposition au groupe du conseiller du Président. Ce conseiller a manifesté dés le début, et notamment lors du séminaire international organisé par le CCME les 3 et 4 mars 2009, ainsi que lors de la discussion liée à la préparation des documents concernant les futures consultations, une attitude très rigide, un parti-pris personnel flagrant et l'absence d'ouverture d'esprit, refusant toute idée de participation politique des citoyens marocains à l'étranger à partir des circonscriptions législatives de l'étranger. Cette démarche est en porte à faux avec l'avis des membres du groupe de travail, en totale contradiction avec les attentes de la communauté marocaine à l'étranger et s'appuie sur une lecture erronée du discours royal. 
  • Non respect des échéances arrêtées et remise toujours à plus tard par la présidence du CCME et opposition systématique à toutes les initiatives du groupe de travail tendant à la préparation du projet d'avis consultatif à discuter et à adopter par l'assemblée générale du CCME en vue de sa proposition à Sa Majesté le Roi, à l'horizon de décembre 2009. 
Voila pourquoi, 
  • Nous demandons le nécessaire respect par le Président du CCME des points d'accord auxquels est parvenu le groupe de travail citoyenneté et participation politique comme plateforme pour les consultations et basés fondamentalement sur l'intégralité des trois axes suivants: 
    1. Composition future du CCME 
    2. Participation aux élections parlementaires 
    3. Représentation dans les institutions nationales 
  • Nous invitons le Président du CCME au respect des prérogatives du groupe de travail, à lever la tutelle excessive et tatillonne sur les activités de ce dernier, à fournir au groupe les moyens nécessaires de travail et à respecter sa marge d'autonomie. 
Monsieur le Président, 
Dans l'attente de votre réponse écrite, nous considérerons votre prise en compte positive et responsable de ce mémoire urgent comme le signe de rupture avec les aspects négatifs qui prévalent jusqu'à maintenant, et un signal fort en notre direction, nous permettant de continuer à adhérer activement à l'action au sein de notre groupe de travail en particulier, et du CCME en général. 

Veuillez, Monsieur le Président, agréer l'expression de notre profond respect et considération. 

Asilah, le 29 Juillet 2009 
Signataires
Hamid BICHRI 
Mohamed FARSSI 
Mohamed MOUSSAOUI
Abdou MENEBHI 
Kamal RAHMOUNI 
Tous membres du groupe de travail "citoyenneté et participation politique" relevant du CCME. 




                   

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top