Notre courrier, adressé le 14/11/2009, au Conseiller de SM, M. Mouatassim, est resté, à ce jour, lettre morte. Nous attirions, à l’époque, l’attention du Conseiller de SM sur les allégations diffamatoires contre le Maroc émanant de l’ONG FIDH (Fédération Internationale des Droits de l’Homme).

Les accusations graves portant atteinte à la sécurité du Royaume et à son intégrité territoriale ont été rapportées par l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme et consignées par la FIDH et l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT).

A ce jour, Nous attendons, toujours, une réponse sur l’implication de M. Driss Al Yazami en tant que Secrétaire général de la FIDH, une fonction qui figure sur son CV [1] publié sur le site du CCME dont il est le Président.

En tant que citoyens répondant au Discours de SM le Roi du 6 nov. 2009 : « redoublent de vigilance et de mobilisation afin de contrecarrer, avec la force de la loi, toute atteinte à la souveraineté de la nation, et de préserver, avec toute la fermeté requise », nous vous dévoilons, ici, l’article publié par l’Observatoire « Maroc / Sahara Occidental » [2] ainsi que notre lettre envoyée à M. Mouatassim dont voici le contenu :


Secrétaire général de la FIDH, un don d’ubiquité de M. EL Yazami
 
A l'attention du Conseiller de SM, M. Mouatassim,
Dans son Discours du 6 nov. 2009, à l'occasion du 34ème anniversaire de la Marche Verte, S. M. le Roi a dit clairement et fermement ceci : « Le temps est venu pour que toutes les autorités publiques redoublent de vigilance et de mobilisation afin de contrecarrer, avec la force de la loi, toute atteinte à la souveraineté de la nation, et de préserver, avec toute la fermeté requise, la sécurité, la stabilité et l'ordre public qui est le gage effectif de l'exercice des libertés. En toute responsabilité, Nous affirmons qu'il n'y a plus de place pour l'ambigüité et la duplicité : ou le citoyen est marocain, ou il ne l'est pas. Fini le temps du double jeu et de la dérobade. L'heure est à la clarté et au devoir assumé. Ou on est patriote ou on est traitre. Il n'y a pas de juste milieu entre le patriotisme et la trahison. On ne peut jouir des droits de la citoyenneté, et les renier à la fois en complotant avec les ennemis de la patrie. »

Je doute fort monsieur le Conseillers que vous seriez indifférent à ce Discours qui a fait mouche dans les rangs des parties « adversaire de l’intégrité territoriale ». Par une simple recherche sur la toile, vous vous rendez compte de l’importance et la solennité réservées à ce Discours.

Par cette lettre, M. le Conseiller, je vous interpelle sur un fait très grave. Il se trouve qu’hier, j’étais destinataire d’un mail de propagande évoquant des interpellations dans les rangs des séparatistes au Sahara marocain.

Le mail en question dont le texte dit ceci : « communiqués d’Amnesty International et de l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme (FIDH-OMCT) récemment publiés au sujet des atteintes aux droits de l’Homme au Maroc », était joints à ce mail, deux pièces (fichiers PDF).
 
Dans l’un des fichiers nous pouvons lire que : « L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, programme conjoint de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et de l’Organisation mondiale contre la Torture (OMCT), vous prie d’intervenir d'urgence sur la situation suivante au Maroc ». (Lire le communiqué incriminé en annexe)

Or, une simple visite sur deux sites internet nous dit plus sur l’Observatoire.

Le premier celui de la FIDH, qui nous renseigne sur la composition de l’organigramme de l’ONG. A notre grande surprise nous trouvons M. Driss Yazami en tant que « secrétaire général - [Maroc] » (suivre le lien suivant : http://www.fidh.org/-Bureau-international-).

Sur le second site, celui du CCME, donc un site officiel et institutionnel, on peut lire dans la biographie du Président du CCME la confirmation que M. El YAZAMI est toujours membre de la FIDH : « M. Driss El Yazami est né en 1952 à Fès….M. Driss El Yazami est actuellement secrétaire général de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH), ..."

Monsieur, Le Conseiller de S.M.,
Par la présente, nous demandons simplement à M. El Yazami en tant que membre (secrétaire général) de la FIDH de s’expliquer sur le communiqué incriminé et, aussi, en tant que Président du CCME.

Les MRE seraient bien heureux de savoir clairement la position de leur représentant sur la question du Sahara marocain, une cause qu’ils ont toujours défendu à l’extérieur de la patrie et au quelle ils sont très attachés.

Les MRE mettent en demeure M. El Yazami de donner sa position claire sur ce point.
 
Sans réponse de sa part, pourrait laisser supposer qu’il cautionne le contenu du communiqué.

Le Discours de S.M. était claire et doit être suivi à la lettre pour défendre notre intégrité territoriale. S’il est impossible au sein même de nos rangs, d’avoir une position claire vis-à-vis de la solution engagée par notre pays, nous doutons fort sur l’issue de la problématique.

Mohammed HASHAS,
Un citoyen marocain,
Fait à Argenteuil, France le 14/11/2009


En 2014 :



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top