Si le consensus planétaire autour de la figure exceptionnelle de Nelson Mandela dépasse l’hommage habituel aux héros de l’histoire, c’est parce que son parcours singulier personnifie l’humanité dans son ambition première et l’idéal de fraternité qui la prédestine au meilleur. 

Cet homme, qui a surmonté, avec une dignité sans faille, la geôle cruelle et l’impitoyable ordalie, qui, par ses convictions indémontables et sa volonté inébranlable, a désintégré la forteresse de l’apartheid et de la ségrégation raciale, a préservé jusqu’au bout son humilité de sage et l’humanité de son message.

La pensée ubuntu éclairait son combat et l’esprit de dialogue guidait ses pas. Sa main tendue balayait tous les malentendus. Il a mis son génie politique au service de l’intérêt général, tracé le cap par vents contraires et su se défaire de la gouvernance avant qu’elle ne le déshumanise. Symbole universel de la lutte pour l’égalité, pour la diversité et contre toutes les formes de discrimination, il a fait de la solidarité inter-ethnique le vecteur de l’enrichissement mutuel, de la mixité sociale le moteur du bien commun et de l’inter-culturalité la source de l’épanouissement individuel et collectif. Il a prêché par l’exemple dans sa vie publique et sa conduite privée. Puissent les générations futures suivre son chemin.

© Mustapha Saha

LES MOTS NUS
Que peuvent les mots nus quand sonnent les clairons
Quand s'éclipse la lune au rythme des alarmes
Quand s'endeuillent les clowns et les joyeux lurons
Quand s'abreuve l'amour aux collecteurs de larmes

Que peuvent les mots nus quand s'embrasent les tours
Quand voltigent les corps comme fétus de paille
Quand s'invite la bourse au festin des vautours
Quand s'unit la canaille aux funestes ripailles

Que peuvent les mots nus quand rodent les vampires
Quand traînent dans la boue les âmes sans ressort
Quand s'écroule d'un coup l'invulnérable empire
Quand s'arment les enfants pour conjurer le sort

Que peuvent les mots nus quand s'extirpent les lombes
Quand germe la guerre dans les mares d'or noir
Quand tombe au petit jour la dernière colombe
Quand spéculent sur l'art les affreux tamanoirs

Que peuvent les mots nus quand meurent les sirènes
Quand flambent les cités pour un bout d'oriflamme
Quand s'écrit la gloire dans le sang des arènes
Quand s'enfuient les serpents des ziggourats en flammes

Que peuvent les mots nus quand pleuvent les missiles
Quand s'ébattent les chiens dans les maisons sans porte
Quand crache la terre ses ténébreux fossiles
Que peuvent les mots nus que vent de sable emporte

Mustapha Saha
Sociologue, poète, artiste peintre

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top