Le site web (siliconwadi) a publié un article sur l’Huile d’Argan intitulé : « L’Argan, une huile qui vaut de l’or » ! L’article décrit comment une société au nom de « Sivan », après manipulation génétique de la plante, essaye de détourner, à son profit, le monopole de ce marché en produisant une copie d’Argan en Israël.

La Société Sivan SM a une double casquette, elle commercialise l’huile d’Argan marocaine et en même temps fabrique un produit similaire au nom de l’Argan 100 manipulé génétiquement en Israël.

L’Article ne se vante pas seulement de parler du détournement du produit et de sa modification génétique (OGM), mais critique ouvertement la production naturelle marocaine et le mauvais traitement infligé à cette plante par les producteurs marocains.

Pour rappel, les OGM (organismes génétiquement modifiés) ne sont, par définition, pas naturels et ont des impacts potentiels sur la santé : des toxicités et d’allergies liés à la consommation de ces produits. Les OGM représentent aussi des dangers pour l’environnement, comme la contamination des espèces non transgéniques et la standardisation de l’agriculture.

Protéger l'appellation Argan au delà des frontières marocaines
La notoriété du nom « Argan » est telle qu’elle est usurpée par des sociétés étrangères à des fins commerciales déloyales. Tel est le cas pour la Société Sivan qui, sans aucun scrupule, profite de la naïveté et l’ignorance des producteurs marocains pour faire de la contrefaçon. Les nombreux intermédiaires et l’absence de lois marocaines protégeant les appellations d’origine facilitent le détournement de la notoriété attachée à l’appellation d’origine marocaine.

L’article décrivant avec fierté la contrefaçon de SIVAN S.M et se moquant de l’Argan naturel marocain : 

[C’est une histoire qui fait la rareté de cette huile. Celle d’un arbre, l’Arganier, qui poussait exclusivement dans l’Atlas marocain et dont la noix ne pouvait être traitée, aux dires de certains, qu’après que sa coque dure ne soit digérée par des chèvres. Ses vertus thérapeutiques exceptionnelles en ont fait un produit rare et cher. Ajoutez à cela que l’arganier met 15 ans pour produire des noix et qu’un arbre ne peut donner seulement que quelques litres d’huile, et vous comprendrez pourquoi cette huile est si difficile à trouver et si coûteuse.

Depuis peu, SIVAN S.M., une société agricole d’Israël, a mis au point une souche dérivée de l’Arganier dénommée Argan 100. Cette “super” souche donne naissance à des arbres capables de s’adapter au climat méditerranéen et de produire des noix 10 fois plus grosses que les noix d’Arganier marocains. Pour le moment SIVAN S.M. continue à commercialiser de l’huile d’Argan marocaine mais compte, dès que les premiers fruits pourront être récoltés, vendre l’huile d’Argan israélienne.]

La fin d’une légende
D’après Chaïm Oren, directeur de SIVAN S.M., les producteurs d’Argan n’utilisent plus de chèvres pour décortiquer leurs noix mais en revanche, la pluspart des producteurs marocains diluent leurs huile, ce qui amoindri ses effets thérapeutiques.

Pour la préservation de l’arganier
Outre l’innovation horticole, c’est aussi la survie de l’arganier qui est en jeu. Cet arbre, protégé par l’organisme de conservation naturelle de l’UNESCO, est en voie d’extinction, et sert aujourd’hui de bois de chauffage au Maroc. Avec la découverte de SIVAN S.M. c’est 2.500 arganiers qui ont été plantés dans les régions d’Ashkelon, d’Arava et du Néguev, les zones où les palmiers et les dattiers poussent généralement. Et à l’heure où les professionnels sont sensibles aux modes production, cela constitue une plus-value notable pour le futur marché couvert par SIVAN S.M.

Alors rendez vous dans quelques années en Israël pour déguster, pourquoi pas, un verre d’huile pur d’Argan 100, parce que vous le valez bien …






0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top