BNP-Paribas vient d'être condamnée par un tribunal américain à payer 10 milliards de dollars d'amende, sous prétexte, d'avoir agi contre les intérêts des Etats-Unis. Bien des personnes se désintéressent, voire se réjouissent de l'amende imposée à BNP-Paribas parce que c'est une banque.

Le motif de la condamnation est assez inédit, il est reproché à la filiale genevoise (suisse) de BNP-Paribas d'avoir reçu des règlements provenant de pays sous embargo américain (interdiction de faire du commerce avec les Etats-Unis).

Pourtant, ces transactions étaient légales en Suisse, en Europe et dans les trois pays concernés. Mais le règlement ayant été effectué en dollars, il a fallu qu'à un moment les fonds soient changés aux Etats-Unis, et donc le tribunal américain a déclaré que ces transactions tombaient sous le coup de la loi américaine !!!

Racket pour racket
Pourquoi l’Europe à son tour ne condamne pas Coca-Cola, McDonald's ou Marlboro à 100 milliards de dollars d'amende. Pour motif, leurs produits nuisent à la santé publique. Ce serait de la légitime défense. Les tribunaux n’ont pas besoin de beaucoup de preuves, il suffit de constater les effets néfastes de ces produits sur la santé des populations : des millions de morts du diabète, d'accidents cardiaques, du cancer… Cela ne mérite-t-il pas une condamnation proportionnée ?

Si le montant de l'amende a suscité l'indignation française, personne ne s'est risqué à contester la légitimité des lois américaines en question. Car ces dernières poursuivent le même but que les règlements en la matière par l'Union européenne.

La France et les autorités européennes se sont élevées, sans succès, contre l’étendue de ces sanctions. Mais pour l’instant le rapport de force est largement à la faveur des Etats-Unis. Difficile de faire du business sans la première économie mondiale. Encore plus de se passer de la monnaie de référence du négoce international.



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top